Derrière les grilles de l’école de gendarmerie de Montluçon

  Capture d’écran 2018-09-18 à 23.57.05Lancer le diaporama

Le public a savouré les nombreux ateliers proposés : intervention, descente en rappel, poursuite d’un véhicule avec interpellation, parcours du combattant… © photos florian salesse

Un véhicule qui file à toute allure avant d’intercepter un suspect en plein milieu de la cour de l’école de gendarmerie. La scène s’est jouée hier. Dans le cadre des Journées du patrimoine.

C’est toujours un succès. Et hier encore, ils étaient plus d’un millier à profiter de l’ouverture de l’école de gendarmerie à la population, dans le cadre des Journées du patrimoine, pour venir découvrir la vie de ces hommes et femmes qu’abritent les grands bâtiments situés le long de l’avenue Jules-Guesde.

« On était déjà venu aux journées portes ouvertes mais cela doit bien remonter à quinze ans. On voulait voir s’il y avait des changements. C’est toujours intéressant de savoir comment tout ça marche », détaillent Michelle et Pascale, très attentives face à six élèves engagés sur l’exigeant parcours du combattant.

Parcours du combattant, scène de crime…

À l’ombre d’un arbre, Audrey suit de près l’exposé que déroule une gendarme sur le travail minutieux mené par ses collègues sur une scène de crime. La prise de photos, si besoin de vidéos, la recherche de la moindre trace ou indice… avec, en prime, un exercice grandeur nature autour d’une voiture protégée par des rubalises. « Les enfants ont surtout été marqués par l’intervention. Elle les a fait cogiter. Ils ont six et neuf ans et il a fallu leur expliquer car ils se posaient beaucoup de questions, ils ne savaient pas si c’était des vrais voleurs », sourit Audrey.

A lire aussi : L’école de gendarmerie de Montluçon célèbre son 40.000e élève formé

Dans la foule multi générationnelle, à côté d’un des obstacles du parcours du combattant, une femme lance à l’homme qui l’accompagne : « Tu l’as fait toi ? ». « Bien sûr », lui répond-il. Sûr qu’hier, ces portes ouvertes ont aussi permis de faire remonter des souvenirs chez certains. Et pourquoi pas de créer des vocations chez d’autres, d’ici quelques années…

Source et Diaporama : La Montagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.