Défense : l’audition à risque du chef d’état-major à l’Assemblée nationale

Trois mois après la démission de son prédécesseur, le général Lecointre s’est récemment exprimé devant les députés sur le budget. Avec « franchise » mais « mesure »…

François Lecointre

François Lecointre
© Sipa Press

Trois mois après la démission de son prédécesseur, le général Lecointre s’est récemment exprimé devant les députés sur le budget. Avec « franchise » mais « mesure »…

L’Assemblée nationale examine actuellement le budget du ministère des armées pour 2018. La réunion de la commission élargie (Défense et Finances) s’est tenue ce jeudi 2 novembre, avant l’adoption, plus formelle, du texte en séance plénière le 7 novembre. Tous les grands responsables du ministère ont été auditionnés récemment, dont le chef d’état-major des armées, le 4 octobre dernier. Ses propos viennent d’être rendus publics, après relecture.

Tel le « chat échaudé » du proverbe, le chef d’état-major des armées s’est récemment rendu à l’Assemblée nationale afin d’y être auditionné par les députés de la commission de la défense. « La dernière fois qu’un chef d’état-major des armées s’est exprimé (devant vous – nldr), son intervention a eu un fort impact sur la vie politique de notre pays » a d’emblée fait remarquer le général Lecointre. On s’en souvient : son prédécesseur, le général de Villiers, y a laissé son poste, à la suite de l’indiscrétion d’un député et de la colère du chef de l’Etat.

Venu pour parler du budget

Il vous reste 83 % à lire.

Lire la suite (article payant): l’Opinion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.