De la gendarmerie à la pénitentiaire

Initialement, David Cadu se voyait bien devenir pilote de moto à la gendarmerie : à la fin des années 1980, il fait son service militaire au sein de la maréchaussée, à la brigade territoriale de Ruffec, en Charente. « J’ai ensuite passé le concours, mais on m’a refusé la brigade motorisée, d’où mon départ, raconte-t-il. Et dans le cadre de mon activité de gendarme, j’avais eu des contacts avec des établissements pénitentiaires. Quand j’ai vu le fonctionnement, cela m’a plu. J’ai donc bifurqué dans cette voie. » En 1991, David Cadu, 48 ans aujourd’hui, suit sa formation de surveillant à Savigny-sur-Orge, dans l’Essonne, pendant trois mois au sein de l’équivalent, à l’époque, de l’école nationale d’administration pénitentiaire : il effectue son stage à la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré. L’année suivante, il prend son premier poste officiel, au centre de détention de Châteaudun, dans l’Eure-et-Loire. En 1996, le voilà au centre pénitentiaire de Châteauroux (Indre). En 2007, David Cadu obtient sa mutation à Niort, sa ville natale : il y est le représentant local du SPS depuis deux ans maintenant.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.