Dans les centres de recrutement de la gendarmerie, les candidatures affluent

Depuis les attentats du 13 novembre, les candidatures sont de plus en plus nombreuses au centre de recrutement de la gendarmerie de Lille. Ils sont jeunes et veulent s’engager, pour devenir gendarme ou réservistes, et protéger la population.

Depuis les attentats du 13 novembre, de plus en plus de jeunes veulent devenir gendarme. © CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Depuis les attentats du 13 novembre, de plus en plus de jeunes veulent devenir gendarme. © CHARLY TRIBALLEAU / AFP© CHARLY TRIBALLEAU / AFP Depuis les attentats du 13 novembre, de plus en plus de jeunes veulent devenir gendarme.

Vendredi matin, ils étaient déjà 4 jeunes à attendre leur entretien, devant un clip promotionnel de la gendarmerie. A la fin de la journée, 10 personnes seront recrutées. Agés de 18 à 25 ans, des jeunes gens viennent postuler pour devenir gendarme adjoint volontaire. Leur démarche est récente, engagée, et motivée par l’actualité….

« On se dit que ça tombe sous le sens, c’est logique, les gens ont besoin de nous donc on accourt », explique Francky Cnudde, 19 ans. A ses côtés, Nicolas Leclerc, 18 ans, avait déjà hésité à se présenter au centre de recrutement de la gendarmerie après les attaques de janvier contre Charlie Hebdo. Cette fois-ci, il en est convaincu, le moment est venu. Il veut s’engager pour que les événements de vendredi dernier ne se reproduisent pas.

 


Affluence dans les centres de recrutement de la gendarmerie

Affluence dans les centres de recrutement de la gendarmerie

Intervenants : Francky Cnudde, 19 ans ; Nicolas Leclerc , 18 ans ; Nadia Chafail ( chef adjointe du Centre d’Informations et de Recrutement de la gendarmerie Nord-pas-de-Calais )

Renforcer les effectifs de la gendarmerie, porter assistance à la population, c’est ce que veulent ces candidats. Ils vont passer des entretiens, des tests sélectifs. S’ils sont retenus, ils entreront en apprentissage dans 6 mois.

Cet afflux de volontaires est très concret. Les demandes pour être réserviste se multiplient. Le concours pour devenir sous-officier a été prolongé jusqu’au 9 décembre et le concours des officiers est ouvert.

Depuis ce lundi, le site internet du centre de recrutement a été consulté 13 500 fois par jour,  trois fois plus qu’en temps normal. Le Nord Pas-de-Calais représente 11% du recrutement national, c’est le plus important vivier de France.

Source : FR3 Pas de Calais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.