Covid-19. Échec total de la stratégie du «tout vaccinal» dans la gestion de la crise sanitaire

Par le général Dominique Delawarde

1 – A quinze jours du réveillon de fin d’année, et plus d’un an après le début de la campagne vaccinale de masse dans le monde, on peut d’ores et déjà dresser un premier bilan de la stratégie du «tout vaccinal» en 2021, en projetant les rythmes actuels de contamination (4 Millions/semaine) et de décès (50 000 / semaine) pour établir le bilan de fin d’année 2021, et en sachant que la situation pourrait être très légèrement pire que celle annoncée. Deux ans de suivi de l’épidémie montrent que celle ci a une forte inertie au niveau planétaire et que les évolutions d’une semaine sur l’autre sont très lentes. Les progrès saisonniers spectaculaires enregistrés par tel ou tel pays sont souvent compensés par la détérioration tout aussi spectaculaire de la situation dans d’autres (le plus souvent de l’autre hémisphère). En clair, l’épidémie ne sera probablement pas éradiquée dans l’hémisphère Nord, dans le meilleur des cas, avant l’été 2022 mais peut être plus tard …. avec la possible apparition de nouveaux variants et un caractère saisonnier de plus en plus marqué.

2 – L’ensemble des données avancées dans l’analyse ci après proviennent de deux sources principales anglosaxonnes : « Worldometer » et « Our World in Data ». Ces deux sites documentent et sourcent toutes leurs informations, à partir des déclarations officielles de chaque État, ce qui est un gage de sérieux, puisque tout est vérifiable. Ils servent de référence à de nombreux journaux mainstream occidentaux. Les nombres présentés sont arrondis pour en faciliter la lecture.

3 – Les nombres de contamination et de décès sont des nombres déclarés par les États, des nombres qualifiés d’«officiels». Ils peuvent être considérablement biaisés par les États eux-mêmes, donc faux. En effet, les tests ne sont pas très fiables et déclarent positifs de nombreux individus qui ne sont pas malades et le nombre de décès Covid concerne, le plus souvent, des patients très âgés et atteints de multiples comorbidités. Une étude officielle italienne conclue d’ailleurs que 3% seulement des décès Covid italiens peuvent être attribués au seul Covid. Difficile dans ces conditions d’imputer tous les décès à la Covid comme cela a été fait trop souvent dans des narratifs politiques et médiatiques très exagérés visant à générer la peur pour mieux contrôler les populations.

4 – Le vaccin efficace est celui qui protège les populations contre la contamination et donc contre les graves conséquences de la maladie, dont le décès, et la possibilité de retransmettre. L’histoire nous apprend qu’avec une vaccination de masse et surtout un vaccin efficace, l’épidémie ralentit très vite sa progression, puis régresse, puis s’éteint.

Alors que le monde entier vaccine à tour de bras depuis début décembre 2020, donc depuis plus d’un an; alors que 8,6 milliards de doses ont déjà été injectées à la population de la planète ; alors que 56% d’entre elle a été vaccinée dont 46% doublement ou triplement; il est temps de se poser des questions sur la pertinence de la stratégie du «tout vaccinal», sur l’efficacité des vaccins élaborés à la hâte dans une véritable course «au profit», et sur le nombre et la gravité des effets secondaires observés.

Les réponses à ces questions nous amènent à conclure, après analyse des données, que la stratégie du tout vaccinal se traduit par un échec en 2021, partout où elle a été appliquée sans nuances et en particulier dans le monde occidental (ou «occidentalisé»); que les vaccins n’ont jamais eu l’efficacité pour laquelle ils ont été vendus et qu’ils ont entraîné un nombre d’effets secondaires graves supérieur à tous les autres vaccins dans l’histoire de l’humanité. Les écarts entre la réalité « fantasmée et idéalisée par les médias» et les politiques d’une part et les réalités de terrain d’autre part, n’ont jamais été mis en évidence par les médias mainstream et par les « responsables » (?) qui ont trop souvent menti pour occulter tout ce qui n’allait pas dans le sens de leur narratif et de leurs objectifs.

Puisque, selon les médias mainstream, on peut débattre de tout sauf des chiffres, laissons parler les chiffres.

Point de situation par continent de la vaccination de masse dans le monde au 13 décembre 2021

Observation: L’Afrique très peu vaccinée peut servir de groupe témoin dans une étude sur l’évolution de la mortalité suite à la vaccination à l’échelle planétaire.

Contamination: comparaison du bilan 2020 (avant vaccination) au bilan 2021 (pendant et après vaccination)

Les nombres de cas des quinze derniers jours 2021 sont calculés en projetant les résultats de la deuxième semaine de décembre, corrigés des tendances lourdes observées. Le résultat pour l’année 2021 se situera dans une marge de 1%. Nous l’observerons ensembles.

Constats factuels:

1 – En 2021, la contamination s’est accélérée partout sur la planète (+134%) malgré l’injection de près de 9 milliards (projection 31/12/2021) de doses de vaccin qui auraient dû la ralentir …… On a peine à retrouver dans le tableau de chiffres ci dessus l’efficacité de tous les autres vaccins (autres qu’Anti-Covid) connus, à ce jour sur la planète.

2 – Aucune corrélation entre le taux de vaccination et l’évolution du nombre de cas ne peut être observée. Ainsi, l’Afrique peu vaccinée (12%) a vu son nombre de cas augmenter moins vite (+139%) que celui d’une l’Europe vaccinée à 64 % : (+157%) ; et beaucoup moins vite que l’Asie (+208%) ou que l’Océanie (+ 675%), 5 fois plus vaccinées que l’Afrique ……

3 – Le rythme actuel de contamination que nous connaissons sur le dernier trimestre ( 12 à 15 millions de cas/mois alors même que la planète entière est vaccinée à 56 % est à peu près le double de la moyenne mensuelle de 2020 sans vaccin. Il ne ralentit toujours pas significativement et durablement, alors même que la vaccination est déjà très avancée et que le virus s’affaiblit normalement avec le temps et avec ses multiples mutations.

La conclusion est claire :Les vaccins ne protègent pas de la contamination, ce qui d’ailleurs fait consensus aujourd’hui. Ils auraient même eu un effet dopant sur le nombre de cas puisque, avec 8,55 milliards de doses vaccinales déjà injectées (au 15 décembre 2021), le nombre de tests positifs a plus que doublé en 2021.

On me rétorquera, à juste raison, que l’épidémie n’a vraiment commencé sa « moisson » que fin mars en Europe et qu’il faut corriger les nombres de 2020 pour en tenir compte. Faites le et vous vous apercevrez qu’il y a tout de même une augmentation très forte ..….(un quasi doublement)

On me rétorquera aussi qu’on a beaucoup plus testé, donc beaucoup plus trouvé de cas positifs en 2021 qu’en 2020, ce qui n’est pas faux et biaise évidemment cette première comparaison. J’en conviens bien volontiers, mais passons donc à la comparaison du nombre de décès, suite logique de l’évolution des formes graves, d’une année sur l’autre.

Commentaires factuels :

1 – L’augmentation de la mortalité est générale et représente un quasi doublement en 2021, malgré près de 9 milliards de doses vaccinales injectées ( au 31/12/2021), pour 7,9 milliards d’habitants.

Jamais, dans l’histoire de la vaccination de masse, on a vu un doublement du nombre de décès la première année et alors même que 56% des êtres humains sont désormais « déclarés vaccinés ». La mortalité des deux derniers mois (200 000 décès/mois dans le monde, avec vaccin) reste toujours bien supérieure à la moyenne mensuelle de l’année 2020 (150 000 sans vaccins). Alors que le taux de vaccination est déjà très élevé…. Cherchez l’erreur …..

2 – L’Afrique, continent le moins vacciné (12%) enregistre un taux de progression du nombre de décès (+145% en 2021) inférieur à ceux de l’Asie et de l’Océanie, 5 fois plus vaccinées qui enregistrent respectivement + 172 %, et + 235 % du nombre des décès en 2021. Pour l’Océanie, l’augmentation a été observée malgré les mesures de confinement et de précaution les plus rigoureuses au monde. Il n’y a donc aucune corrélation observable entre le taux de vaccination et l’évolution de la mortalité, entre la multiplication des mesures coercitives et le résultat observé fin 2021.

Tableau (non exhaustif) de la vaccination en Afrique au 13/12/2021

3 – Pour l’Afrique, l’augmentation de la mortalité en 2021 est due, en très large part, aux bilans de la Tunisie, qui passe de 4 730 décès en 2020 à 25 443 (au 14 décembre 2021 ), soit 20 713 décès pour la seule année 2021 et de l’Afrique du Sud, qui passe de 28 887 décès en 2020 à 90 172 (au 14 décembre 2021), soit 61 285pour la seule année 2021 . Notons que ces deux pays sont pourtant, tous deux sur le podium de la vaccination africaine, et sont aussi ceux qui ont voulu «copier la gestion occidentale» de la crise sanitaire en renonçant au traitement précoce à la chloroquine, sous les pressions de Big Pharma, des autorités sanitaires et des politiciens occidentaux, et en appliquant

la stratégie unique du « tout expérimentation vaccinale ».

Le Maroc qui n’a jamais renoncé aux traitements précoces et à la chloroquine a très largement limité la casse en passant de 7 425 décèsen 2020à 7 371en 2021.

Si ça n’est pas là une étude observationnelle très claire en faveur des traitements précoces et de la chloroquine, on se demande ce que c’est.

4 – Pour l’Asie, la situation vaccinale serait la suivante (tableau non exhaustif):

La surmortalité Covid 2021 en Asie par rapport à 2020 (+ 172%), malgré 65% de la population asiatique vaccinée aujourd’hui, est imputable principalement à quelques pays de l’Asie de l’Est et à l’épisode épidémique indien de l’été 2021 en Asie de l’Ouest.

Ainsi, en Asie de l’Est, le nombre de décès déclarés par l’Indonésie, vaccinée à 53%, est passé de 22 329 en 2020 à 121631 décès déclarés en 2021 (total: 143 960 – multiplication par 6); le nombre de décès du Vietnam, vacciné à 69 %, est passé de moins de 100 en 2020 à 28 333en 2021 (multiplication par 300), alors même que la campagne de vaccination était déjà bien avancée . …. ????? Le Vietnam est aujourd’hui l’État qui déclare le plus de décès en Asie (1633/semaine) après l’Inde et sa situation continue de se détériorer …..

Tableau d’évolution du nombre de décès au Vietnam depuis le début de l’épidémie

Ainsi, en Asie de l’Ouest, l’Inde, aujourd’hui vaccinée à 59%, est passée de moins de 150 000 décès déclarés en 2020 à plus de 326 000 décès déclarés pour la seule année 2021 (total: 476 000 décès au 14 décembre 2021). On pourrait multiplier les exemples.

Il faut bien évoquer le cas d’Israël, pionnier de la stratégie du « tout expérimentation vaccinale », grand « inspirateur » de l’UE et de la France ; Israël dont la gouvernance entretient des liens très étroits avec les géants de l’industrie pharmaceutique mondiale (PFIZZER et GILEAD, entre autres ….) . En 2020, Israël avait déclaré 3 325 décès. Il en déclare aujourd’hui 8 224 (au 14 décembre 2021) Là encore, l’observateur objectif ne peut que constater une forte augmentation du nombre de décès déclarés pour la seule année 2021 (+47%) dont une forte majorité sont désormais des doubles ou triple vaccinés.

Notons aussi que l’État de Palestine, pourtant très densément peuplé, dont le territoire et les populations sont très imbriqués avec ceux d’Israël mais dont la population est beaucoup moins vaccinée que la population israélienne (27 % à deux doses + 11 % à une seule dose en Palestine contre 62,5 % à 2 ou 3 doses + 6,6 % à 1 dose en Israël, ) affiche un taux de mortalité Covid inférieur à celui d’Israël.

Palestine : 0,868/1000h , Israël 0,882/1000h.

Par bonheur aussi, la Syrie, martyrisée par les mercenaires islamistes subventionnés et instrumentalisés par les occidentaux et par l’OTAN (US, UK, France, Turquie, Israël), dans le seul but de faire tomber le gouvernement légal qui ne convient pas à Israël, ainsi qu’aux projets occidentaux de recomposition de la région ; la Syrie donc, pays parmi les moins vaccinés d’Asie (moins de 5%), présente un taux de mortalité Covid (0,155/1000h), 5 fois moindre que celui de l’État hébreu (0,882/1000h). Il est vrai que les syriens les plus fragiles ont disparu depuis longtemps sous les coups de boutoir des mercenaires à la solde des occidentaux. « Al nosra a fait «du bon boulot» ….

Ce constat montre que la multiplication des injections vaccinales en Israël ne lui a même pas permis de faire mieux qu’une Palestine ou qu’une Syrie voisines, beaucoup moins vaccinées, ni d’améliorer son mauvais classement en Asie, puisque Israël reste 8éme taux de mortalité le plus élevé d’ Asie pour 49 pays ou territoires concernés par la Covid. Ce taux de mortalité israélien au 14 décembre (0,882/1000) est de plus de 3 fois supérieur à la moyenne asiatique (0,27/1000) et de 25 % supérieur à la moyenne mondiale (0,685/1000), ce qui ne devrait pas faire d’Israël un exemple à suivre . ….

Est ce vraiment le résultat qu’attendaient les promoteurs du vaccin Pfizzer qui promettaient « le retour à la vie d’avant » à ceux qui se « soumettaient » à l’injection vaccinale ? Pourra-t-on longtemps continuer à parler de succès vaccinal dans les médias mainstream occidentaux, même en continuant d’occulter les effets secondaires des vaccins?

Conclusion pour l’Asie : La campagne vaccinale de masse n’a pas ralenti la mortalité liée à l’épidémie en 2021, bien au contraire …. Le résultat n’est donc pas bon. Cela signifie clairement que les laboratoires pharmaceutiques ont menti en vantant une efficacité de 90 à 95 % de leurs produits expérimentaux non aboutis, car élaborés dans l’urgence d’une véritable course au profit. Cela signifie aussi que les gouvernances et les médias, sous l’influence de scientifiques corrompus par Big Pharma, nous ont menti eux aussi.

Notons que, pour établir un bilan sincère, il faudrait ajouter le bilan des effets secondaires graves des vaccins qui se comptent désormais en centaines de milliers, voire en millions et que ni les medias, ni les politiciens ne souhaitent évoquer aujourd’hui. Nous en reparlerons dans une prochaine analyse.

5 – Pour l’Amérique septentrionale , le résultat n’est pas meilleur. A ce jour, la situation vaccinale serait la suivante.

Les États Unis avaient déclaré 370 000 décès en 2020 sans les vaccins. Leur bilan dépasse aujourd’hui les 821000 décès (au 14 décembre 2021) et franchira très certainement le cap des 835 000 décès avant le réveillon 2021-2022 ,soit 465 000 décès pour la seule année 2021 avec «l’apport»? vaccinal. (486 millions de doses pour 334 millions d’habitants).

Questions : – Où sont l’effet bénéfique attendu de la vaccination et le retour à la vie d’avant ?

– Pourquoi les médias se taisent-ils sur la gestion calamiteuse de l’épidémie par l’administration Biden (avec l’apport du «précieux (?) vaccin»), soit 465 000 décès en 2021 alors qu’ils se répandaient dans des torrents de critiques sur la gestion de l’administration Trump pourtant moins mauvaise (370 000 décès en 2020 sans vaccin) ?

Le Canada qui déclarait 15 306 décès pour l’année 2020, en déclare aujourd’hui 30 000 et devrait franchir le cap des 30 400 avant le réveillon de fin d’année soit plus de 15 000 décès pour l’année 2021. La vaccination n’a donc rien rapporté au Canada et n’y aura pas fait reculer l’épidémie en 2021 malgré un taux de vaccination parmi les plus élevé au monde (82%) …..

6 – Pour l’Amérique latine (du Mexique à Ushuaia)qui déclarait 509 000 décès pour l’année 2020, son bilan total est passé aujourd’hui à 1,545 million soit 1,036 millions pour la seule année 2021.

Le nombre de décès a donc plus que doublé en 2021. La situation vaccinale est la suivante :

Pour étudier l’efficacité de la vaccination de masse en Amérique du Sud, prenons le pays le plus vacciné le Chili (88% de vaccinés) et comparons le au pays le moins vacciné du sous-continent: La Bolivie (44 %).

Le Chili a déclaré 16 500 décès en 2020 sans vaccin. Vacciné à 88 %, il aura largement passé les 39 000 décès pour le réveillon. Il aura donc déclaré 22 500 décès pour la seule année 2021. Le taux d’augmentation du nombre des décès est donc de + 36 %.

La Bolivie, a déclaré 9 174 décès en 2020. Vaccinée à 44 % seulement, elle aura dépassé les 19 400 décès en fin d’année, soit 10 226 décès pour l’année 2021. Le taux d’augmentation du nombre de décès n’y est donc que de + 11%.

Constat factuel : deux fois moins vaccinée que le Chili, la Bolivie a vu son taux de mortalité progresser 3 fois moins vite que celui du Chili …. ????

Questions: Où est donc la corrélation entre le taux de vaccination et l’évolution de la mortalité dans deux pays d’un même sous continent, d’un même hémisphère et de même culture latine « tactile »…. ?

L’un des deux pays (Le Chili) est plus «occidentalisé» que l’autre (la Bolivie), resté plus «traditionnel». N’y aurait-il pas, comme sur le continent africain, avec la Tunisie et l’Afrique du Sud, une corrélation entre le taux «d’occidentalisation» du pays et le taux d’évolution calamiteux du nombre des décès?

Vouloir imiter un occident malade de l’incompétence et de la corruption de ses élites, mais aussi de sa soumission aux diktats de Big Pharma, plus soucieux de profits que de la vie humaine, et qui dégage toute responsabilité en cas d’effets secondaires graves, est-il encore le bon pari à faire dans la gestion d’une épidémie au XXI ème siécle ?

7 – L’Océanie

Continent le moins affecté par l’épidémie en 2020, mais qui a pris, dès cette époque, les mesures les plus contraignantes au monde, l’Océanie déclarait 48 000 tests positifs et 1 050 décès pour l’année 2020.

En 2021, l’Océanie a vacciné 60 % de sa population, confiné à tour de bras, déclaré plus de 320 000 cas supplémentaires (multiplication par 7 par rapport à 2020) et 3 200 décès supplémentaires (multiplication par 3 par rapport à 2020)

Aucun commentaire à faire sur l’efficacité de la gestion de la pandémie en général et de la stratégie du « tout expérimentation vaccinale » en Océanie. Les chiffres parlent d’eux mêmes . . .

8 – L’Europe

Ce continent avait déclaré 23,6 millions de cas et 545 000 décès en 2020 alors qu’il était mal préparé à faire face, qu’il ne disposait pas du vaccin et que le virus était particulièrement agressif.

En cette fin d’année 2021, alors qu’elle vaccine à un rythme fou depuis début décembre 2020, et que les variants ont été moins létaux, l’Europe aura passé les 80 millions de cas en fin d’année (soit 80-23,6 = 56,4 millions de cas pour la seule année 2021) .

La contamination imputée au Covid par les autorités sanitaires (et politiques, … et médiatiques …) aura donc été multipliée par 2,5 en dépit de la vaccination de 64% de la population.

S’agissant de la mortalité, l’Europe avait déclaré 545 000 décès pour l’année 2020. Son compteur est aujourd’hui à 1,47 millions et, au rythme actuel, devrait franchir la barre des 1,53 millions pour le réveillon de fin d’année.

En clair, les autorités européennes auront déclaré 985 000 décès pour l’année 2021 soit une augmentation annuelle de + 81 %. Pire, le rythme actuel de mortalité de l’Europe seule (pour Décembre 2021) est encore de plus de 110 000 décès par mois soit 2,4 fois la mortalité mensuelle moyenne de 2020, mais avec plus de 64 % de la population vaccinée …… ??????

Il y a objectivement un mystère sur l’efficacité des vaccins dont 1 milliards de doses ont été déjà injectées aux 750 millions d’Européens.

Questions :

1 – Comment expliquer la forte hausse de la mortalité en 2021 en Europe avec un tel taux de vaccination de 64% de la population et alors même que les populations à risque sont vaccinées à plus de 80-90% selon les pays ?

2 – Est ce que ces nombres (dont on ne peut débattre) peuvent aujourd’hui permettre de parler de succès de l’expérimentation vaccinale ?

3 – Y a-t-il un exemple, dans l’histoire des vaccinations de masse dans lequel la mortalité a connu une telle progression dès la première année et dans lequel le rythme de mortalité ne faiblit pas avec 64% de la population vaccinée? Lequel?

Tableau (non exhaustif) de la situation vaccinale en Europe au 13 décembre 2021

Tableau (non exhaustif) de l’évolution de la mortalité et point vaccinal pour l’Europe au 14 décembre 2021

Remarque: L’Europe étant actuellement l’épicentre de l’épidémie et en condition hivernale, le nombre total des décès déclarés Covid européens devrait s’alourdir de plus de 50 000 d’ici le 31 décembre. Le constat chiffré ci dessus va donc être encore moins satisfaisant. Le rouge va devenir plus rouge, et le vert va devenir moins vert. Ce tableau devra donc être réactualisé dans quinze jours…..

Commentaires :

1 – La lecture du tableau montre clairement qu’il n’y a aucune corrélation entre le taux de vaccination et l’évolution du nombre de décès en 2021 dans les différents pays.

Les écarts sont considérables. Ainsi, la Suisse, vaccinée à 68 % déclare une baisse de 48% de ses décès en 2021 ; la vertueuse Allemagne, voisine et vaccinée à 72 % connaît une hausse de 112 % du nombre de ses décès en 2021 ; La Suède vaccinée à 75 % obtient l’une des plus belles améliorations européenne (- 46% de décès) avec le minimum de contrainte. La Norvège, meilleure élève de la classe «gestion Covid» européenne et vaccinée à 78% voit son nombre de décès augmenter de 62% ? ? 

2 – La hausse de la mortalité est majoritaireen Europe, même si la France et l’Italie affiche une très légère réduction de la mortalité, la Suède et la Suisse une réduction plus forte.

La Suède qui a choisi la stratégie du minimum de contrainte affiche aujourd’hui une belle amélioration. Seule la Suède a réussi à se sortir de l’épidémie à la fin de juin dernier.

L’écart entre le vilain petit canard Suédois qui n’a pas voulu suivre les surenchères de mesures coercitives de ses petits camarades européens, plus dociles, est d’ailleurs en train de se creuser de plus en plus rapidement, au plus grand bénéfice de la population suédoise ….

3 – Le mauvais résultat de l’Allemagne en 2021 qui double le nombre de ses décès alors que 72% de sa population est présumée immunisée par le vaccin, auxquels on pourrait ajouter 8% d’immunité naturelle pour ceux qui, ayant contracté la maladie, en ont guéri, montre clairement que la vaccination de masse n’y a pas servi à grand-chose.

Pour l’Europe, on peut donc conclure que l’expérimentation vaccinale conduite en 2021 se traduit par un échec. On peut débattre de tout sauf des chiffres.

Attendons avec impatience les commentaires des «déco(nn)eurs» du Monde ou de Libération qui vont vous expliquer que , bien sûr, la durée de protection du vaccin est moins longue qu’espérée, que des méchants variants font leur apparition tous les trois mois et se jouent des vaccins et qu’il faut absolument adapter  ces derniers aux nouvelles menaces ….etc, …etc … et puis, bien sûr, que les mauvais résultats sont dus exclusivement aux boucs émissaires non vaccinés et qu’il faut vacciner toujours plus …… Ben voyons . . . . . !

Dans cette expérimentation vaccinale, la bonne nouvelle, c’est qu’il existe un groupe témoin, composé d’une cinquantaine d’États Africains les moins vaccinés. Dans ces pays, l’évolution du nombre de décès est très inférieure à la moyenne des pays les plus vaccinés.

La conclusion est claire: Ce n’est pas parce que des autorités de santé, des politiques et des médiasen conflits d’intérêts, nous répètent à longueur de journée: «Tous vaccinés, tous protégés» que c’est la vérité. En tous cas, les nombres déclarés par les États nous ont dit le contraire en 2021. (On peut débattre de tout, sauf des chiffres.)

*

L’année 2021 aura donc été l’année de l’échec de la stratégie du «tout vaccinal», particulièrement en occident, partout où l’abandon des traitements précoces, limités au seul Doliprane, et l’interdiction de prescrire des molécules efficaces (Ivermectine, chloroquine, azytromicine …etc ) ont été pratiqués pour favoriser l’«expérimentation vaccinale» au plus grand profit des laboratoires pharmaceutiques et des autorités politiques ou de santé qui bénéficient de leurs largesses.

Le lecteur soucieux de s’informer davantage lira avec intérêt le dernier livre du journaliste d’investigation Jean-Loup Izambert, paru le 12 décembre

La gestion de l’épidémie et la stratégie du tout vaccinal en occident n’ont jamais été les fruits d’un consensus scientifique.

Des centaines, des milliers de scientifiques de renom, originaires de très nombreux pays, ont tiré des sonnettes d’alarme. Ils n’ont pas été écoutés et leurs voix a été étouffée par le rouleau compresseur des pouvoirs financiers (Big Pharma), politiques et médiatiques (les deux derniers corrompus par les premiers).

Aucun débat contradictoire n’a été toléré. Les lanceurs d’alerte ont fait l’objet d’attaques permanentes visant à décrédibiliser leurs propos. Une nouvelle «religion vaccinale» est née en occident sous la contrainte, en jouant sur les peurs, la manipulation de l’opinion, une exagération des narratifs sanitaires, politiques et médiatiques.

Les résultats chiffrés de 2021, évoqués ci dessus vont peut être permettre à certains d’ouvrir les yeux.

Certains gaulois réfractaires (et lucides) résistent encore et toujours à la tyrannie sanitaire qui s’installe chaque jour un peu plus dans notre pays. (voir ci après vidéo d’Ivan Rioufol sur Cnews 🙂

https://lemediaen442.fr/contamine-par-un-double-vaccine-ivan-rioufol-se-soigne-a-livermectine-lazithromycine-au-zinc-et-a-la-vitamine-d/embed/#?secret=cSehcSw3Oh

D’autres s’empêtrent dans des explications douteuses pour justifier les décisions prises pour contraindre à la vaccination 

ou pour nous annoncer une quatrième dose et nous dire qu’«on ne sait pas», ce qui est la norme lors d’une expérimentation vaccinale en phase 3.

Insidieusement, la gestion de la crise sanitaire s’empare de nos vies pour y occuper toute la place. Elle devient, avec une complicité parfaite entre médias mainstream et autorités exécutives un outil de contrôle des populations jamais imaginé et mis en place dans l’histoire de l’humanité. L’énorme médiatisation du premier décès d’une personne porteuse du virus Omicron au Royaume Uni, alors que le virus court depuis 23 jours et que des millions d’individus dans le monde en sont déjà porteurs sans grands dommages, est édifiante. On s’est bien sûr gardé de nous donner l’âge de la personne décédée et ses facteurs de comorbidité ….

Rappelons pour finir que cette «épidémie» aura tué moins de 0,7 terrien sur mille en deux ans, la plupart ayant dépassé l’espérance de vie du pays d’origine, et que la cause de décès étiquetée Covid se sera, très souvent, substituée à d’autres. (Un cancéreux en phase terminale décédant aujourd’hui avec le covid ne décédera pas demain du cancer …. 999,3 / 1000 des terriens auront donc survécu.

Rappelons aussi que les protestations contre des mesures souvent inefficaces, disproportionnées et/ou privatives de liberté se multiplient dans le monde et sont objectivement mauvaises pour la santé publique en augmentant les risques de contamination entre individus, de désordres sociaux et de casse.

Exemples ? Vienne le 13 décembre

https://twitter.com/MichaelPSenger/status/1470233320629800960?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1470233320629800960%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.breizh-info.com%2F2021%2F12%2F16%2F176342%2Fcovid-19-echec-total-de-la-strategie-du-tout-vaccinal-dans-la-gestion-de-la-crise-sanitaire%2F

A l’heure de poser la plume, il est bon d’annoncer aux lecteurs que les indicateurs de contamination et de décès sont aujourd’hui, 15 décembre 2021 à la baisse en Europe et dans le monde (moyenne des 7 derniers jours) et que, par conséquent, l’hystérie politico-médiatique autour du variant Omicron n’a encore aucun fondement. Elle est objectivement «mise en scène» pour pousser toujours plus les populations apeurées vers la seringue et pour promouvoir la vaccination des enfants.

Enfin, l’omerta sur les effets secondaires graves des injections expérimentales qui se comptent en millions dans le monde, est de plus en plus inacceptable.

Ils feront l’objet d’une analyse détaillée dans les semaines où les mois qui viennent.

Dominique Delawarde Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Source : Breizh Info

Répondre à GEB. Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.