Côtes d’Armor : flashé 30 fois, le motard qui défiait les radars a été interpellé

FAIT DIVERS – Un homme âgé de 26 ans, recherché depuis avril 2014, a été identifié et interpellé dimanche dernier à Quintin (Côtes d’Armor). Conducteur de deux-roues, il avait été flashé 30 fois depuis avril 2014 pour excès de vitesse et acrobaties.

Les gendarmes ont fini par retrouver le motard après plusieurs mois d'enquête.

Les gendarmes ont fini par retrouver le motard après plusieurs mois d’enquête. Photo : AFP/Illustration

 

Le Centre automatisé de constatation des infractions routières de Rennes (Cacir) était à ses trousses depuis un an exactement. Faute de pouvoir l’identifier, il avait fait appel aux gendarmes de Quintin en leur envoyant les clichés de ses “prouesses”.

Dimanche 5 avril, après des mois d’enquête, le motard le plus recherché des Côtes d’Armor a fini par être démasqué et interpellé dans le bourg de Quintin où il était domicilié, révèle Ouest France ce mercredi. En douze mois, cet homme âgé de 26 ans a été flashé pas moins de 30 fois, dont 25 fois pour excès de vitesse, par le radar de Saint-Brandan installé sur la RD 790.

“Il le faisait à dessein”

Menuisier de profession – pas franchement un métier qui pousse à l’excès de vitesse – le jeune homme n’avait aucune raison valable de multiplier les infractions au guidon de ses deux puissantes motos. “Sur cette route, la vitesse autorisée est de 90 km/h, précise-t-on à la gendarmerie de Quintin. Il a été flashé jusqu’à 200 km/h. Sur chaque excès, il était entre 50 et 60 km/h au-dessus de la vitesse autorisée. Il s’amusait aussi à faire des roues arrière et autres acrobaties ‘spectaculaires’… Pour lui c’était une sorte de jeu. Il se faisait flasher à dessein, c’est certain.”

Et pour cause, ce radar fixe de la RD790 fait partie des radars qui n’ont pas encore été renouvelés et qui ne flashent les véhicules qu’à l’avant. Les motos étant immatriculées à l’arrière, le menuisier ne risquait effectivement pas de se faire prendre.

Il reconnaît les faits

Dimanche finalement, c’est un gendarme en civil qui a reconnu le suspect. “Son blouson, son deux-roues, une petite figure qu’il venait de faire sur la route de Quintin ont éveillé les soupçons de mon collègue, précise un gendarme. Il a relevé la plaque, et nous l’avons interpellé à son domicile deux heures plus tard.”

Pendant sa garde à vue, le suspect, à qui les photos des radars n’ont pas été présentées, a reconnu les faits. Ses deux motos ont été confisquées et son permis lui a été retiré.

Il sera jugé pour ces faits le 18 mai prochain devant le tribunal correctionnel de Saint Brieuc. Inconnu des services de police, il encourt, notamment pour excès de vitesse et mise en danger de la vie d’autrui, une lourde amende, la saisie de ses deux motos et une peine de prison.

Source : MetroNews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *