Coronavirus. À Quimper, Armor-lux confectionne des masques en tissu

Les machines à coudre d’Armor-lux à Quimper (Finistère) ne tournent quasiment plus, l’entreprise étant en chômage partiel en raison des mesures de protection prises contre la propagation du Covid-19. Mais depuis le milieu de la semaine, elles fabriquent des masques en coton.

À Quimper (Finistère), l’entreprise Armor-lux a commencé à fabriquer des masques en tissu. Environ 2 000 exemplaires ont été produits en cette première semaine de confinement au coronavirus. Mais la production devrait s’arrêter vendredi 20 mars 2020.
À Quimper (Finistère), l’entreprise Armor-lux a commencé à fabriquer des masques en tissu. Environ 2 000 exemplaires ont été produits en cette première semaine de confinement au coronavirus. Mais la production devrait s’arrêter vendredi 20 mars 2020. | ARMOR-LUX
Que de rebondissements en une semaine pour l’entreprise de confection textile Armor-lux à Quimper (Finistère) : jeudi 12 mars 2020, elle annonçait son projet de construire deux bâtiments de stockage de 6 000 m² chacun. Mardi 17 mars, 500 de ses 580 employés en France étaient mis en chômage partiel en raison des mesures prises par le gouvernement pour endiguer la propagation du coronavirus.

Depuis mardi justement, l’entreprise s’est mise à produire des masques en tissu. Nous avons eu beaucoup de demandes. Nous en fabriquons pour un peu tout le monde : des municipalités comme la Ville de Quimper, des Ehpad (Établissements d’hébergement pour des personnes âgées dépendantes)  » , explique Jean-Guy Le Floch, le président dirigeant.

2 000 masques en quelques heures

Environ 2 000 masques ont ainsi été créés en quelques heures. Les masques en question sont fabriqués à partir de patronages qui ont été envoyés à l’entreprise finistérienne. Ils sont en coton. Leur forme est donc due à la forme du patronage, au tissu et aux coutures nécessaires pour les réaliser.

L’entreprise Armor-lux à Quimper (Finistère). | YVES-MARIE QUÉMÉNER/OUEST-FRANCE

La Ville de Quimper fait partie de ceux qui ont sollicité l’entreprise. Ludovic Jolivet, le maire, ajoute : De notre côté, l’idée est venue de Ketty Covemaeker, la directrice générale des services. Nous cherchions à disposer de masques lavables pour équiper nos personnels qui travaillent dans des structures, des Ehpad, dans l’aide à domicile… Si nous en avions 3 000, les agents de la collectivité pourraient en avoir au moins deux chacun.

Des masques fabriqués par les habitants ?

L’élu rappelle d’ailleurs qu’il n’est pas nécessaire de porter un masque si on est seul. Ni tout le temps. Cela peut être utile seulement si l’on est au contact d’autres personnes » . Et si l’initiative mérite d’exister, elle risque cependant d’être éphémère : Malheureusement, nous ne pouvons pas continuer à fabriquer ces masques car les salariés ont peur de venir travailler. L’atelier va s’arrêter complètement ce vendredi, commente Jean-Guy Le Floch. Ce jeudi, il reste encore environ onze personnes à travailler dans les ateliers d’Armor-lux.

Du côté de la mairie, on envisage aussi peut-être que certains personnels de la collectivité puissent se mettre derrière leur machine à coudre pour confectionner des masques. Ludovic Jolivet, le maire, lance aussi un appel aux bonnes âmes : Si des habitants qui sont confinés chez eux veulent eux aussi coudre des masques, eh bien pourquoi pas !

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.