« Corona-fricus » : Big pharma 1, animaux de compagnie 0

Comme cela nous est répété, nos dirigeants politiques se basent sur l’avis de scientifiques pour décider les mesures de restrictions diverses autant qu’étonnantes qui nous sont infligées… en toute opacité. Il est rassurant de penser que ces scientifiques sont très certainement triés sur le volet !!!

En effet, il est évident que pour prendre des décisions aussi importantes pour la bonne marche du pays, nos vénérés chefs font appel à des experts.

J’aime beaucoup cette définition du mot expert : « Personne qui en sait de plus en plus sur moins en moins de choses ». Elle me semble parfaitement correspondre au profil des experts de notre cher conseil scientifique. Les aspects humains et économiques de cette crise ne sont manifestement pas de leur compétence.

À force d’être toute la journée, le nez dans le « Corona-dévastatus », ces experts du monde entier finissent par « suggérer » des conseils pour le moins bizarres.

Vous n’allez pas le croire : des scientifiques américains et britanniques recommandent maintenant d’étendre la vaccination aux chiens, aux chats et de façon générale, à tous nos animaux de compagnie.

Cock Van Oosterhout, professeur de génétique à l’université de l’Est-Anglie (UEA), au Royaume-Uni, explique que l’évolution inquiétante du virus et de ses mutants pourrait poser un « risque important de santé publique » non seulement chez les humains, mais aussi chez les animaux qui vivent auprès d’eux.

Il considère donc : « logique de développer également des vaccins pour les animaux de compagnie, à titre de prévention, pour freiner la propagation du coronavirus » !!!

Une étude française de décembre 2020 s’est penchée sur : « Le risque de transmission du SRAS-CoV-2 aux animaux de compagnie et autres animaux sauvages et domestiques impose une stratégie sanitaire unique pour contrôler la pandémie de COVID-19 ».

Mais… si elle évoque bien la transmission du « Corona-malicius », c’est de l’homme vers les animaux domestiques et non pas dans l’autre sens : « les animaux de compagnie vivant avec des personnes infectées par la Covid-19 ont huit fois plus de risques d’être touchés que leurs congénères ».

 

À ce rythme-là, ce sont tous les animaux de la ferme qui vont bientôt avoir droit à la piquouse miracle qui semble pourtant rencontrer quelques difficultés, tant en matière de son efficacité que de ses effets indésirables. Ceux-ci sont recensés dans : la base de données européenne des rapports d’effets indésirables susceptibles d’être liés à l’utilisation de médicaments (Eudra Vigilance).

Les responsables de la santé californiens ont demandé aux fournisseurs de vaccins d’arrêter d’administrer un lot de vaccins Covid-19 de Moderna, après qu’un nombre inhabituellement élevé de réactions indésirables ait été lié au médicament.

Notons que le laboratoire Pfizer a retiré sa demande d’autorisation d’utilisation d’urgence de son vaccin Covid-19 en Inde. Ce pays a lancé une campagne de vaccination à l’échelle nationale le 16 janvier dernier, en utilisant une version fabriquée localement du vaccin AstraZeneca-Oxford et un vaccin appelé Covaxin, fabriqué par une société pharmaceutique… indienne, Bharat Biotech.

Affaires à suivre.

En attendant, profitez pleinement de chaque moment de votre vie, qui est un cadeau… c’est pourquoi on l’appelle présent.

Chers lecteurs, je vous aime et vous salue.

Source : Sérénité Patrimoniale

Capture d’écran 2021-02-11 à 12.46.33

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.