Cormeilles Une femme retrouvée poignardée, les cheveux et les vêtements brûlés, dans l’Eure

Une femme de 72 ans a été retrouvée grièvement blessée, victime de plusieurs coups de couteau, à 200 mètres du domicile de ses parents, mardi 17 janvier 2017, dans l’Eure.

Une femme de 72 ans a été retrouvée poignardée et les vêtements et cheveux brûlés, à quelques pas du domicile de ses parents, dans l'Eure, mardi 17 janvier 2017.
Une femme de 72 ans a été retrouvée poignardée et les vêtements et cheveux brûlés, à quelques pas du domicile de ses parents, dans l’Eure, mardi 17 janvier 2017. (photo des scellés mis sur la porte du domicile © Le Pays d’Auge)

Sinistre découverte dans ce petit village de l’Eure. En début d’après-midi, mardi 17 janvier 2017, une femme de 72 ans a été retrouvée grièvement blessée à Cormeilles, petite commune en frontière du Calvados, selon une information révélée par nos confrères du Pays d’Auge.

Victime de plusieurs coups de couteau dont un à la gorge, la septuagénaire a été retrouvée les cheveux et vêtements partiellement brûlés. Elle a été héliportée dans un état grave à l’hôpital Saint-Louis de Paris, selon une source judiciaire interrogée par Normandie-Actu . Son pronostic vital est engagé.

Elle aurait tenté de s’échapper

C’est peu avant 14h, mardi 17 janvier, que des témoins ont découvert la septuagénaire, « une dame sans histoire et appréciée de son entourage », appuyée contre la barrière de la propriété de ses parents, à 200 mètres du domicile, « une maison isolée », située route du Faulq, près du château de Malou.

« On pense que l’agression se serait faite à son domicile et qu’elle aurait réussi à sortir. Elle se serait alors appuyée sur la barrière, où l’ont aperçue des témoins. », précise cette même source judiciaire.

Les gendarmes ont investi les lieux de l'agression, à la recherche de traces et indices (Le pays d'Auge)
Les gendarmes ont investi les lieux de l’agression, à la recherche de traces et indices. (©Le pays d’Auge)

 

Des vêtements brûlés à son domicile

Selon les premiers éléments de l’enquête, elle n’aurait pas été aspergée d’essence. « Il n’est pas possible actuellement de déterminer si c’est un acte volontaire. Quelqu’un a mis le feu à des tas de vêtements chez elle ».

Deux foyers allumés volontairement ont ainsi été retrouvés à son domicile, indiquent les enquêteurs.

Tous les scénarios envisageables

L’état critique de la victime n’a pas permis aux enquêteurs de l’auditionner. « Toutes les pistes sont envisageables », affirment-ils.

L’enquête est pilotée par le parquet d’Évreux et menée par la brigade de recherches de Pont-Audemer, appuyée par la section de recherches de Rouen (Seine-Maritime).

Source : Normandie Actu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.