Communes et gendarmerie font la police

Les animateurs de cette réunion entre élus et gendarmerie.

Pour mieux s’adapter à l’évolution des chiffres de la délinquance, élus et gendarmes ont décidé de faire le point.

Mercredi dernier, à 18 h 30, à l’invitation de Jean-Luc Egret, président de l’association des maires du canton de Wassigny, s’est tenue en mairie, une réunion d’information sur l’évolution de la délinquance dans le canton.
Cette réunion était animée par le capitaine Jean-Christophe Boutin, le commandant de la compagnie de gendarmerie de Saint-Quentin, accompagné du major Lecrenier, commandant la communauté de brigade de Guise, en présence d’un grand nombre de maires du canton ou de leurs représentants.
Le capitaine Boutin s’est félicité de cette réunion intermédiaire, précisant qu’il ne fallait effectivement pas attendre la fin de l’année pour faire le point avec les élus sur la délinquance dans le secteur.
Il a précisé que depuis le 1er janvier, une évolution à la hausse a été constatée en particulier en ce qui concerne les atteintes aux biens (vols de véhicules ou vols dans les véhicules, vols de carburant etc.).

Cambriolages en hausse et violences en baisse

Les cambriolages sont également en hausse tout comme les dégradations sur la voie publique.
Les violences physiques sont quant à elles en baisse ainsi que les infractions dites astucieuses (escroqueries).
Il a tenu à préciser qu’un certain nombre d’individus du département du Nord viennent commettre des méfaits dans le secteur. De plus, il a été constaté dans le canton davantage d’infractions liées à l’automobile (vitesse et alcoolémie).
La bonne nouvelle c’est que le taux d’élucidation des affaires est en forte augmentation.
Le 17 : un réflexe à avoir
« Mon objectif principal est de faire baisser les atteintes aux biens, notamment les cambriolages, de manière significative », déclare-t-il. « Pour cela, il faut avoir le réflexe citoyen et prévenir la gendarmerie dès que l’on voit quelque chose d’inhabituel dans sa commune, Il faut ouvrir les yeux et les oreilles et avoir le réflexe de composer le 17 ».
De plus, sera mis prochainement en place un protocole entre la gendarmerie et certains villages : participation citoyenne, avec des élus, des gendarmes référents et des habitants impliqués. Les communes d’Etreux et de Wassigny devraient en être et la porte reste ouverte à d’autres villages qui le désirent.
Pour conclure cette réunion, les gendarmes ont rappelé aux élus qu’ils avaient dorénavant la possibilité de déposer des pré-plaintes en ligne en ce qui concerne les atteintes aux biens.

Source : L’Aisne nouvelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *