Colère en Guadeloupe : l’hôpital cache-t-il les chiffres des vaccinés ? Me Bessis et Soumïâa Sayah

Maître Ellen Bessis et Soumiaa Sayah explique comment la Guadeloupe en est arrivé à une « révolte ». Soumïâa Sayah / Ellen Bessis / FS

Vendredi 26 novembre, nous avons reçu l’avocate Ellen Bessis, et Soumïâa Sayah, infirmière libérale et porte-parole du collectif Gwada IDEL regroupant 600 infirmiers libéraux de la Guadeloupe (environ 50% des infirmiers libéraux de la région).

Voir la vidéo ICI

Depuis leur île, elles ont répondu à nos questions sur l’évolution des protestations en Guadeloupe. Les manifestations y sont devenues plus houleuses depuis deux semaines, avec des attaques sur les commerces, des pillages, des blocages de routes en amassant des carcasses de voitures, en tranchant des arbres qu’on laisse tomber sur les routes et autres.closevolume_off

Selon ces femmes, c’est la révolte et celle-ci se justifie notamment par l’annonce de manipulation des chiffres par les hôpitaux : « le personnel hospitalier et les pompiers étaient choqués qu’on leur demande de noter les vaccinés comme non-vaccinés pour diminuer le nombre de vaccinés présents dans les établissements ».

Ce week-end, les manifestations pacifiques ont repris, les rues étaient noires de monde pour rejeter l’obligation vaccinale. Suite à cela, dans la nuit de vendredi à samedi, Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, a ouvert la question d’une autonomie élargie de la Guadeloupe, affirmant que la question était ouverte.

Voir aussi : Guadeloupe: l’autonomie, pas la préoccupation première des habitants

Sous pression avec cette révolte sans précédent depuis le début de l’épidémie de Covid-19, la droite et l’extrême droite ont dénoncé cette proposition qu’ils jugent laxiste envers les régions d’Outre-mer.

Voir la vidéo ICI

Manifestations en Guadeloupe, samedi 27 novembre.

Un debriefing proposé en partenariat avec BonSens.org.

Auteur(s): FranceSoir

Répondre à Dubois Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.