Cinq ” chiens-gendarmes ” ont leur chenil à Celles-sur-Belle

Actuellement, trois chiens occupent les chenils du groupe d'investigations cynophile, ou GIC. - Actuellement, trois chiens occupent les chenils du groupe d'investigations cynophile, ou GIC. - (Photos NR, Éric Pollet)

  Actuellement, trois chiens occupent les chenils du groupe d’investigations cynophile, ou GIC. – (Photos NR, Éric Pollet)

Depuis le 1 er  juillet, Celles-sur-Belle accueille un groupe d’investigations cynophile (GIC), de compétence régionale. Les locaux ont été inaugurés hier.

Deux logements de type 3, un T4, trois studios pour les gendarmes adjoints volontaires (GAV), cinq chenils, un local technique et un garage : hier en fin de matinée, le maire de Celles-sur-Belle, Jean-Marie Roy, a décrit les infrastructures du groupe d’investigations cynophile (GIC) de la gendarmerie lors des discours tenus autour de l’inauguration de cette unité d’envergure régionale officiellement ouverte depuis le 1er juillet de cette année.

Actuellement, trois chiens, des bergers allemand, belge malinois et hollandais, occupent autant de chenils : le premier est un animal de piste-défense – notamment utilisé pour tenter de retrouver les personnes disparues –, les deux autres étant spécialisés dans la recherche des produits stupéfiants, armes, munitions et billets de banque, dits « Sambi ». Les deux derniers canidés, des « Sambi » aussi, sont attendus dans les prochains mois. Tous sont formés au centre national d’instruction cynophile de la gendarmerie (CNICG) de Gramat, dans le Lot.

Quarante-deux opérations en trois mois

L’adjudant Frédéric Poirier est à la tête de ce GIC dont la création a entraîné la disparition des brigades de Bressuire, Montmorillon (Vienne) et Ruffec (Charente), comme l’a précisé le général Jean-Jacques Taché, adjoint au commandant de la région de gendarmerie Aquitaine – Poitou-Charentes – Limousin. Deux autres maîtres de chien complètent l’équipe, les GAV s’occupant de l’intendance.
La zone de compétence de ce GIC, qui arrive en complément de celui de Rochefort (Charente-Maritime) créé en 2012, ce sont les quatre départements de l’ancienne région Poitou-Charentes. Durant ses trois premiers mois de fonctionnement, l’unité a pris part à 42 opérations judiciaires et administratives. Là où il faut, en moyenne, de cinq à six ans pour que se concrétise le projet d’une brigade de gendarmerie classique, dix années ont été nécessaires pour que le GIC de Celles-sur-Belle sorte de terre.
« Une longue attente », a rappelé Jean-Marie Roy, dont la commune a été choisie par la maréchaussée pour sa position centrale dans l’ex-Poitou-Charentes en même temps que pour sa proximité avec l’autoroute A 10.

Coût final : 1.158.194,70 €

Le premier magistrat de Celles-sur-Belle estime que le groupe d’investigations cynophile « amène encore un peu plus de sympathie » à une gendarmerie déjà « parfaitement intégrée ici » : les locaux se trouvent dans la continuité de ceux de la brigade de proximité, le long de la route de Chizé.
Le coût définitif du projet atteint 1.158.194,70 €, financés en partie par des subventions de l’État, du Département et via une dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR), la gendarmerie et le GIC versant un loyer annuel de 105.120 € à la commune.

repères

Depuis 2005

> 5 juillet 2007. Après les toutes premières discussions remontant à 2005, le conseil municipal donne son accord de principe pour l’extension de la gendarmerie de Celles-sur-
Belle, implantée rue du 8-Mai.
> 15 juillet 2008. Choix du maître d’œuvre, le Cellois Frédéric Vignier, à la suite d’un appel à candidatures.
> 4 mars 2010. Confirmation de l’accord de principe sous condition du coût des travaux restant à la charge de la commune.
> 15 novembre 2012. Autorisation de signature de la demande du permis de construire.
> 28 juin 2013. Le permis de construire est accordé.
> 27 février 2015. Attribution des marchés aux entreprises.
> 17 mars 2015. Démarrage du chantier.
> 7 juin 2016. Réception des travaux.
> 1er juillet 2016. Ouverture du groupe d’investigations cynophile.
> 11 octobre 2016. Inauguration des locaux

Aurélien Douillard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *