Cherbourg : l’escadron de gendarmerie se féminise

Deux femmes ont intégré, courant mars, l’escadron de gendarmerie mobile de La Glacerie. Elles s’appellent Sophie Ponsich et Déborah Dobigny. Une première !

70-180427143959891-0014673018658581628907-854x707

Sophie (à gauche) et Déborah, deux femmes heureuses d’avoir rejoint la gendarmerie mobile. (©PDLM)

 

Venues respectivement de Salon-de-Provence et de Bretagne, Sophie Ponsich et Déborah Dobigny ont une trentaine d’années. Leur arrivée à La Glacerie est une petite révolution dans la « mobile », qui n’accueillait jusqu’à présent que des hommes (au nombre de 110). Et la féminisation de l’escadron ne va pas s’arrêter là, comme nous l’explique son capitaine :

Au total, nous aurons dix femmes.

Elèves gendarmes, les deux nouvelles recrues effectuent exactement les mêmes missions que leurs collègues masculins, ce dont se réjouit Sophie Ponsich :

Je suis fille de militaire. La gendarmerie mobile, c’est toujours ce que j’ai voulu faire. C’est une carrière plus intéressante qu’en brigade. Il y a des déplacements et une diversité de missions. J’aime bouger, affronter les épreuves et me surpasser.

Faire bouger les mentalités

De son côté, Déborah Dobigny se dit heureuse d’avoir rallié l’escadron mobile de La Glacerie, qui s’apprête à déployer 72 gendarmes en  Guyane, dont les deux femmes :

Nous avons été bien accueillies par tous et ce que j’aime par-dessus tout, c’est le collectif, l’esprit d’équipe. J’adore le goût de l’aventure et partir ne me fait pas peur.

Conscientes que leur arrivée va faire bouger les mentalités, elles espèrent faire une belle carrière dans la mobile.

Source : Actu.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.