Chauny : ces intervenants qui aident au quotidien la gendarmerie

Plutôt discrets, des professionnels (médecin, éducatrice, garagiste) et un bénévole (Aide aux victimes) agissent aux côtés des enquêteurs.


Christian Tybergheim (à gauche) et Daniel Petit font partie des partenaires privilégiés des gendarmes.

Christian Tybergheim (à gauche) et Daniel Petit font partie des partenaires privilégiés des gendarmes.

Le bénévole de l’Adavem

Daniel Petit fait partie des partenaires appréciés des militaires. Ce bénévole – le seul dans ce cas – se rend chaque lundi après-midi, au nom de l’Association départementale d’aide aux victimes et médiation de l’Aisne (Adavem), à la brigade de Chauny pour rencontrer des personnes en détresse.

« C’est après avoir rencontré ces personnes que la gendarmerie décide de les orienter vers moi », indique cet ancien cadre bancaire qui assure depuis cinq ans un rôle de conseiller, voire de médiateur. « Je suis là pour écouter les problèmes des gens. Les situations les plus fréquentes sont les conflits familiaux et les problèmes de voisinage. » Il est aussi amené à proposer des solutions financières en fonction des faits constatés et du contexte social.

En une année, il reçoit « entre 90 et 100 personnes ».

Le médecin judiciaire

Michel Boulinguez est médecin judiciaire pour la gendarmerie de Chauny, mais aussi celle d’Anizy-Coucy, ou encore pour le commissariat de Tergnier (police).

Celui qui a exercé de 1977 à 2014 à Saint-Gobain peut être appelé à tout moment de la journée. « C’est une fonction où il faut être disponible », reconnaît-il. C’est à la demande des enquêteurs ou parfois du parquet qu’il intervient « pour des gardes à vue, des découvertes de cadavre, ou des examens de victime ». À chaque fois, c’est sur réquisition judiciaire.

Toujours aussi passionné par cette activité rétribuée – « Mais je ne fais pas cela pour l’argent », précise-t-il aussitôt –, Michel Boulinguez aime travailler avec les forces de l’ordre. La routine, il ne connaît pas : « À chaque fois c’est différent », affirme celui qui aura bientôt deux collègues pour l’épauler.

L’éducatrice spécialisée

Hélène Ravor a un rôle davantage social. Cette éducatrice spécialisée employée par le conseil départemental, mais détachée pour le groupement de gendarmerie de l’Aisne, est sollicitée quand des problèmes sociaux ont été constatés par les gendarmes. « Mon rôle est de trouver des solutions pour les familles en difficultés. Les conflits ont souvent lieu sur fond d’alcool. »

Le garagiste dépanneur

Christian Tybergheim est le « remorqueur » attitré de la communauté de brigades. « Je suis dispo 24 h/24 et quasiment toute l’année. À force, une notion de confiance s’est installée », précise celui qui retire les véhicules accidentés sur la voie publique depuis 1984. « Il peut aussi bouger des véhicules dans un cadre judiciaire », signale un gendarme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.