Chaumont-en-Vexin [Gendarmerie] L’adjudant-chef Raphaël Quentel nouveau patron de la brigade

Il nous arrive d’Outre-Mer et vient de voir confier l’encadrement et la responsabilité des dix-sept gendarmes chaumontois.

"Pour moi, devenir gendarme a toujours été une évidence " confie l'adjudant-chef Raphaël Quentel.

“Pour moi, devenir gendarme a toujours été une évidence ” confie l’adjudant-chef Raphaël Quentel.

L’adjudant-chef Raphaël Quentel, nouveau commandant de la brigade de Chaumont-en-Vexin, a pris ses fonctions dans l’Oise après quatre ans d’affectation en Martinique. « Je découvre ce département que je ne connaissais pas et plus spécifiquement le territoire de la brigade qui comprend des aspects ruraux et périurbains ». Un retour en métropole qui demande un temps d’adaptation pour ce sous-officier de 43 ans, d’origine alsacienne et bretonne, et « tombé » dans l’uniforme depuis son plus jeune âge. « Nous en sommes déjà à la quatrième génération. Pour moi, devenir gendarme a toujours été une évidence ».

Sorti de l’école de gendarmerie de Châtellerault (Vienne), l’adjudant-chef Raphaël Quentel passe 7 ans au sein de la compagnie de gendarmerie mobile d’Argentan (Orne) avant d’être affecté pendant dix années dans sa région alsacienne, dont il est en partie originaire. Après quatre ans en Martinique, le militaire ne cache pas « avoir besoin d’un petit temps d’adaptation climatique ». Ce qu’il retiendra de cette expérience en outre-mer est avant tout « l’excellent relationnel entretenu avec les habitants ». Il prend pour la première fois la tête d’une brigade comprenant dix-sept gendarmes, après avoir déjà exercé la fonction d’adjoint. « Je suis entouré de beaucoup de jeunes, c’est une brigade dynamique ! », se réjouit-il, en ajoutant : « Aujourd’hui on ne dirige plus une brigade avec les mêmes méthodes que par le passé. Nous sommes plus dans des logiques de management ».

Source : L’Impartial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *