Château-Gontier. « La proximité, c’est l’ADN de la gendarmerie »

2f4adb74c13a3a49b2cb4979d8a17571-chateau-gontier-la-proximite-c-est-l-adn-de-la-gendarmerie_0Jacques Leblanc supervise les équipes de brigades de contact de tout le sud du département. | Ouest France

Depuis le 19 février 2018, Jacques Leblanc a pris les commandes de l’inédite brigade de proximité du Sud-Mayenne. Le gendarme de Château-Gontier est le centre de gravité de ce nouveau dispositif.

« On a fait un casting pour trouver le meilleur homme, et le voici », plaisante Xavier Deméocq, le commandant de la gendarmerie de Château-Gontier, en Mayenne. À côté de lui, Jacques Leblanc, adjudant-chef, choisi pour superviser la brigade de proximité du sud Mayenne.

Chaque semaine depuis le 19 février, une équipe de trois à six gendarmes va à la rencontre de la population dans un des cinq secteurs du sud du département. Mais qui, quand où, pourquoi contacter tel ou tel habitant ? C’est là qu’intervient Jacques Leblanc, qui aide à fixer le planning de rendez-vous.

Bonne connaissance du territoire

« Cela fait combien de temps que tu n’as pas rencontré le maire de cette commune ? » Installé dans son nouveau bureau avec son nouveau numéro de téléphone, le commandant analyse, pour chaque circonscription, les moments et endroits propices à la venue de la brigade de proximité. « Tu devrais aller voir cette famille qui s’est fait cambrioler il y a trois mois », propose-t-il à l’unité de gendarmerie de la semaine. « Grâce à son ancienneté, il a une connaissance profonde du territoire », explique Xavier Deméocq. À 54 ans, Jacques Leblanc a 34 ans de gendarmerie à son actif, dont 18 ans à Château-Gontier.

Son autre qualité ? « Il noue facilement le dialogue », souligne son supérieur. Pour la première mission de la brigade, l’équipe de gendarmes s’est rendue sur le lieu public par excellence : le marché. « Nous sommes très bien accueillis. Les Mayennais comme les gendarmes apprécient cette mission. Avec les gens, on parle de tout et de rien, mais surtout de leurs problèmes de voisinage, de sécurité… », se réjouit Jacques Leblanc. En uniforme, le gendarme engage la conversation, mais les habitants interpellent aussi spontanément l’homme au visage poupon et au regard franc qui inspire la confiance. « On me demande, par exemple, “qu’est-ce que vous pensez de la réduction de vitesse à 80 ?”, mais moi, je n’en pense rien ! », raconte celui qui doit trouver un juste équilibre entre sociabilité et distance due à sa posture d’autorité.

Pour contacter la brigade de proximité du Sud-Mayenne, appeler le 02 43 09 65 31.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *