Ces rapports qui anticipaient la crise du coronavirus

Par Vincent Lamigeon le 20.03.2020 à 10h02
Le risque d’une pandémie majeure figurait dans plusieurs documents prospectifs du renseignement américain et dans les Livres blancs du ministère des Armées depuis 15 ans. Avec des détails qui rappellent beaucoup la situation actuelle.

cover-r4x3w1000-5e747f4451455-07531ea5c9ab165dbca43089c42d77189f6039f2-jpgDésinfection dans le métro pour lutter contre le nouveau coronavirus, le 18 mars 2020 à Madrid AFP – OSCAR DEL POZO

Le livre, publié en 2009, avait ravi les amateurs de prospective. Intitulé Le nouveau rapport de la CIA – Comment sera le monde demain, et préfacé par Alexandre Adler, l’ouvrage était en fait la traduction du rapport de prospective du National Intelligence Council (NIC), le centre de réflexion stratégique de la communauté américaine du renseignement, paru en 2008. Pas véritablement un rapport de la CIA, donc, mais un très solide travail de prospective basé sur l’interview de 2.500 experts de 35 pays. Tout y passait : les conséquences de la crise financière de 2008, l’évolution du terrorisme, le défi climatique, la montée en puissance de l’ hégémonie chinoise, la perte d’influence des Etats-Unis. Et un scénario qui résonne de façon particulière en pleine crise mondiale du coronavirus : l’ “apparition d’une nouvelle maladie respiratoire humaine virulente, extrêmement contagieuse, pour laquelle il n’existe pas de traitement adéquat”.

Les auteurs faisaient preuve d’une précision saisissante. Ils évoquaient une possible pandémie basée sur des  “agents pathogènes, comme le coronavirus du SRAS”, avec une apparition dans “une zone à forte densité de population, de grande proximité entre humains et animaux, comme il en existe en Chine et dans le sud-est asiatique”. Cela semble avoir été le cas pour le Covid-19 : les premiers cas auraient été recensés près du marché de la ville chinoise de Wuhan, où des animaux vivants étaient vendus. La suite du scénario évoquait des “voyageurs présentant peu ou pas de symptômes” qui “pourraient transporter le virus sur les autres continents (…) en dépit de restrictions limitant les déplacements internationaux”, une préfiguration parfaite de la situation actuelle. Dans le pire des scénarios, à savoir des “vagues de nouveaux cas tous les quelques mois”, “la dégradation des infrastructures et les pertes économiques aboutiraient à environ un tiers de la population mondiale touchée, et des centaines de millions de morts”.

A bien y regarder, ce rapport n’a rien d’une exception. “Le risque d’une pandémie a été anticipé, parfois très précisément, par les prospectivistes des quinze dernières années, souligne Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, directeur de l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (IRSEM), rattaché au ministère des Armées, auteur d’un excellent thread Twitter sur la question. Le risque pandémique existe depuis l’Antiquité et, dans la période récente, l’épidémie de SRAS en 2002-2003 a servi en quelque sorte de piqûre de rappel.”

Lire la suite : Challenges

Lire également les sources suivantes :  

Le rapport de la CIA : comment sera le monde en 2020 ?

Le rapport de la CIA : Comment sera le monde en 2020 ? PDF Télécharger

Autres sources : Google

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *