Cérémonie Meuse : de nouveaux réservistes dans la gendarmerie

Sur les 83 jeunes diplômés PMG, 40 % étaient des femmes cette année. Photo ER

Sur les 83 jeunes diplômés PMG, 40 % étaient des femmes cette année. Photo ER

ILS ÉTAIENT 99 stagiaires, mais seuls 88 d’entre eux ont été diplômés après trois semaines de préparation aux missions de gendarmerie (PMG).

Âgés de 18 à 26 ans, ils viennent tous de recevoir un insigne certifiant de leur réussite, à la Nécropole nationale de Douaumont. Un lieu historique choisi en mémoire des morts de 1914-1918 mais aussi dans le cadre des 70 ans de la Libération.

En présence de quelques élus et officiels de la Région mais aussi du sous-préfet de Verdun, le général de corps d’armée, Jean Régis Véchambre a félicité les nouveaux réservistes de la gendarmerie tout en leur rappelant leur responsabilité vis-à-vis de l’Histoire et des citoyens français.

« Devenir réserviste, c’est mettre en application un savoir-faire appris en formation, mais c’est aussi un don de soi désintéressé. Il s’agit de servir les valeurs de son pays », a tenu à souligner le général de corps d’armée.

« J’ai fait ce choix pour mes deux grands-pères »

Devant leurs familles, cette cérémonie a marqué l‘entrée pour ces 83 jeunes, originaires de toute la Lorraine, au sein de l’armée, après plusieurs semaines de formation à Montigny-lès-Metz (57).

« J’ai toujours voulu intégrer l’armée, ce stage, c’était l’occasion de découvrir le métier ».

Oriane Humblot a reçu son insigne des mains du général de corps d’armée lui-même. Avec plus de 16 de moyenne elle est la major de sa promotion, d’où cet honneur particulier. Son but : réussir le concours d’officier à la fin de son master de droit en criminalité, dans deux ans.

Pour Quentin, plaquiste de 19 ans, c’est différent. S’il a décidé de devenir réserviste, c’est « pour servir son pays » mais c’est surtout pour des raisons familiales. « J’ai fait ce choix pour mes deux grands-pères, hélas décédés. Tous deux étaient militaires et ont combattu pour la France, c’est pour cela que je veux leur rendre hommage », explique le jeune diplômé avec émotion.

À l’issue de cette cérémonie, Quentin et ses nouveaux collègues vont avoir une année pour passer un diplôme d’aptitude à la réserve qui parachèvera leur formation initiale et leur donnera la possibilité de devenir des réservistes à part entière.

Anaïs HANQUET

Source : L’Est Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.