Cambrésis : les gendarmes sonnent l’alerte sur les faux ordres de virement

En juin, une entreprise a failli être dépossédée d’une somme considérable : une personne s’était fait passer pour la banque. L’arnaque dite « au faux ordre de virement » a été déjouée à temps. Dans la foulée de cet épisode, la gendarmerie de Cambrai a trouvé opportun de lancer un dispositif « Vigilance entreprise ».

d-20141217-36X9W0 2014-12-17 21:19:49

On imagine les sueurs froides des patrons de petites entreprises, à la lecture des chiffres avancés par la gendarmerie. « 77 % des attaques informatiques concernent les PME », « 60 % des PME attaquées cessent leur activité ». A contrario, « sensibiliser les équipes permet de diminuer les risques de 60 % ». Ces données, établies à partir de moyennes nationales, indiquent les gendarmes, sont distillées dans un tout nouveau document de référence que vient d’éditer la gendarmerie de Cambrai, et qui pourrait être généralisé à l’ensemble du département. Car depuis quelques semaines, la compagnie parachève le dispositif « Vigilance entreprise », unique dans les Hauts-de-France, consistant à sensibiliser les entrepreneurs à la cybercriminalité et aux arnaques. Ce, en profitant de l’expertise des enquêteurs de délinquance financière, basés à Lille, en les informant des escroqueries en vogue et des petits réflexes pour s’en prémunir. Pour l’heure, peu d’entreprises ont signé avec les militaires : les prises de contacts étant seulement en cours.

Si les gendarmes partent en croisade contre la cybercriminalité et les escroqueries touchant les entreprises de taille moyenne, c’est parce qu’en juin, la compagnie a eu la chance de résoudre une arnaque dite « au faux ordre de virement ». « Début juin, l’aide-comptable d’une entreprise du Cambrésis est contacté par une personne se présentant comme étant de la BNP, relate une source proche du dossier. Celle-ci lui demande d’effectuer une opération de mise à jour depuis son ordinateur… » Un peu plus tard, la direction remarque qu’un virement important a été effectué sur un compte étranger. « Un enquêteur en charge de la délinquance financière, et rattaché à la section de recherches de Lille, remonte alors jusqu’à un compte établi en Allemagne. » L’information est alors transmise aux forces de l’ordre allemandes, et l’argent est bloqué. Près de 160 000 € auraient ainsi pu s’envoler.

La réussite tient en la rapidité d’intervention des gendarmes, qui a permis de bloquer les transactions à temps. En revanche, les auteurs, n’ont pu être identifiés.

Source :  La Voix du Nord

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.