Brigade territoriale d’Alençon. Perrine Massin, l’ex-coiffeuse devenue gendarme

Agée de 32 ans, la nouvelle recrue de la brigade territoriale autonome d’Alençon compte déjà, à son actif, une première vie professionnelle dans le civil.

DSC_0757-854x569Perrine Massin est la nouvelle recrue de la brigade territoriale autonome d’Alençon. (©L’Orne-Hebdo)

Parcours peu banal que celui de Perrine Massin, nouvelle gendarme qui vient d’intégrer la brigade territoriale autonome d’Alençon, puisqu’elle compte déjà, à son actif, une première vie professionnelle dans le civil.

Âgée de 32 ans, cette native de l’Aube a, en effet, exercé la profession de coiffeuse durant six ans avant d’intégrer un lycée professionnel comme surveillante.

« Je ne savais pas dans quel secteur m’orienter après mon bac ES donc j’ai choisi un métier manuel avant de me réorienter. C’est en assistant aux interventions de prévention des gendarmes dans le lycée où je travaillais, qu’est née mon envie de passer les concours », confie la Troyenne.

Admise aux examens d’entrée dans la Gendarmerie et dans la Police nationale, Perrine Massin a opté pour la première parce que « je préfère le contact avec la population rurale ». Mais aussi parce qu’elle y retrouve « les valeurs et les principes inculqués par mes parents ».

Après neuf mois d’école à Dijon, l’élève gendarme a pris son premier poste à la brigade d’Alençon le 23 juillet.

« Je connaissais la Normandie et notamment ses côtes pour y être venue en vacances mais pas Alençon », sourit-elle.

Elle dit s’y installer avec joie « aux côtés de collègues prévenants et qui me laissent le temps de découvrir le métier parce qu’il existe tout de même un certain décalage entre la théorie de l’école et le terrain ! »

Manifestement à l’aise dans son nouvel uniforme, Perrine Massin ambitionne d’ores et déjà de se présenter au concours d’Officier de Police Judiciaire pour, à terme, évoluer « dans l’atteinte à l’environnement et à la salubrité publique ».

L’ancienne gymnaste, guitariste sur ses heures de pause, prend, en attendant, toute la mesure de son nouveau poste dans l’Orne où elle officie désormais pour quatre ans minimum.

Source : Actu.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.