Brest. La police lève la grève à la maison d’arrêt

brest-la-police-leve-la-greve-la-maison-d-arret

La police s’est tenue devant la porte de la maison d’arrêt pour assurer les transferts et extractions de détenus. | Ouest-France

Mardi, à 14 h, dix véhicules de police sont intervenus pour lever la grève des surveillants de prison, amorcée depuis le 14 janvier. L’intervention s’est passée sans encombre.

Mardi, à 14 h, dix véhicules de police sont intervenus pour lever la grève des surveillants de prison, amorcée depuis le 14 janvier. Un camion de pompier s’est chargé d’éteindre les restes du brasier allumé dans la matinée.

L’intervention s’est passée sans heurts. « On allait partir de toute façon », temporise Jean-François Morvan, délégué syndical.

Les forces de l’ordre sont restées une partie de l’après-midi devant le portail de la maison d’arrêt, le temps d’assurer un transfert et une extraction de détenus.

Dépôt de clés général

Si aucune « vraie réforme » n’est amorcée et si Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, sanctionne les grévistes, comme elle le dit, les syndicats appelleront à un dépôt de clé général. Un geste fort qui ne s’est pas produit à Brest depuis 1992.

Cela signifie que les surveillants ne seront pas à leur poste et ce sont les gendarmes qui devront les remplacer. Une belle pagaille sachant qu’en France, on compte 28 000 surveillants de prison.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.