Bourg-en-Bresse : les gendarmes s’entraînent contre la menace terroriste

Protégés par un bouclier balistique en kevlar de 27 kg, les tireurs sont équipés du nouveau fusil d’assaut HK G36. Le bouclier est équipé d’un projecteur pouvant aveugler l’adversaire.  Photo Jean-Pierre BALFIN Protégés par un bouclier balistique en kevlar de 27 kg, les tireurs sont équipés du nouveau fusil d’assaut HK G36. Le bouclier est équipé d’un projecteur pouvant aveugler l’adversaire. Photo Jean-Pierre BALFIN

Jeudi matin, les gendarmes du Psig (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) de Bourg-en-Bresse s’entraînaient, dans une usine désaffectée de Ceyzériat, à la lutte contre la menace terroriste. Plusieurs fois par semaine, ils répètent des scénarios de « tuerie planifiée » : des terroristes déterminés à tuer un grand nombre de victimes et prêts à se sacrifier.

Cette unité de Bourg-en-Bresse, baptisée « Psig Sabre » en préfigure deux autres à Bellegarde et Trévoux, qui seront opérationnelles en 2017 et 2018. Elle dispose de fusils d’assaut, de gilets pare-balles contre un tir de Kalachnikov, ainsi que de casques et d’un bouclier balistique.

Leur intervention a lieu dès le début de l’attaque terroriste, avant même l’arrivée du GIGN, avec le but affiché de neutraliser physiquement les terroristes le plus vite possible, avant que la tuerie ne se poursuive.

Plus généralement, tout le groupement de gendarmerie s’est organisé contre un éventuel acte terroriste (nous y reviendrons dans une édition ultérieure).

Source : Le Progrès

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.