Boulonnais La gendarmerie de Marquise: une unité particulière, entre terre et mer

Le commandant de la compagnie a procédé à l’inspection annuelle de la brigade.

La compagnie compte 23 militaires.

La compagnie compte 23 militaires.

Après Neufchâtel-Hardelot et avant Desvres, la brigade de gendarmerie de Marquise a reçu la visite du commandant de la compagnie, Didier Bernard, pour le bilan de l’année. En compagnie du capitaine Éric Binet, le commandant a rappelé les particularités du site et notamment sa position centrale sur le territoire, de Calais à l’extrémité du Boulonnais.

« Marquise c’est un peu l’agitateur de curiosité », a-t-il qualifié avec humour, pour souligner l’aspect atypique d’un territoire de 21 communes. « Et si on devait le comparer à un plat gastronomique, on le nommerait sûrement «Terre et Mer», puisqu’il est à cheval sur les terres et la façade maritime », a poursuivi le commandant sur le même ton.

C’est bien son territoire qui confère à la brigade toutes ses particularités, à commencer par son caractère touristique, où la population varie et nécessite le renfort d’un poste saisonnier à Audinghen. « La population est multipliée par trois ou quatre l’été et ce poste saisonnier correspond à un véritable service de proximité », a commenté Marc Sarpaux, maire d’Audinghen. D’autres magistrats des communes de la Terre des 2 Caps, telles que Wissant ou Marquise, se sont targués de bénéficier d’une brigade efficace, qui plus est, équipée de postes à cheval, très appréciés par la population.

Trois axes forts pour 2017

Le commandant a souligné quelques exemples qui ont rythmé le quotidien de 2016, à commencer par la lutte contre l’immigration clandestine et la gestion de ses conséquences. « Tout le monde se souvient de l’opération escargot menée par les conducteurs de poids lourds à Calais, contre les migrants ». Ce qui avait eu de fortes répercussions sur les axes marquisiens. Autant dire que le quotidien des 23 militaires de l’unité (dont 5 nouveaux arrivants) n’est pas de tout repos.

Sur la question des renforts, le commandant a confirmé que les demandes étaient ponctuelles mais régulières et toujours satisfaites, pour répondre aux besoins du territoire.

Au-delà des flux migratoires, de la sécurité routière, de la sécurisation des événements festifs des communes alentours (Terre en folie, Trail côte d’Opale, marches blanches, courses cyclistes), la gendarmerie se fixe des objectifs. Pour 2017, la compagnie travaillera sur trois axes forts : la lutte contre les cambriolages, la lutte contre les violences aux personnes qui s’est accentuée l’an dernier et enfin la sécurité routière.

Source : Nord Littoral

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.