Bordeaux : sept cambrioleurs écroués dont un commerçant

Un vaste réseau de voleurs a été démantelé. L’enquête se poursuit désormais en Roumanie

Les gendarmes sont intervenus lundi matin, rue Pelleport, à Bordeaux.

Les gendarmes sont intervenus lundi matin, rue Pelleport, à Bordeaux. (photo thierry david)

Les investigations sont loin d’être terminées mais les principaux protagonistes d’un vaste réseau de cambrioleurs roumains dorment depuis cette semaine sous les verrous de la maison d’arrêt de Gradignan. Huit suspects ont été mis en examen pour vol et recel en bande organisée et sept d’entre eux ont été placés en détention provisoire. « Ils sévissaient depuis de longs mois sur le Grand Sud, en Aquitaine et Poitou-Charentes », résume le colonel Frédéric Bonneval, commandant la section de recherches de la gendarmerie de Bordeaux-Bouliac, chargée de l’affaire en étroite collaboration avec des enquêteurs des groupements de gendarmerie des Landes, du Lot-et-Garonne et de la Gironde. Au total, les cambrioleurs présumés auraient quelque 130 faits à leur actif !

Ce sont d’ailleurs les gendarmes de la compagnie de Bordeaux rive droite qui sont à l’origine des premières constatations dans cette épaisse procédure instruite par la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs). Suite à la recrudescence de vols commis avec un mode opératoire similaire, les gendarmes ont établi des rapprochements et monté une cellule d’enquête afin d’optimiser leur travail. Fenêtres et portes cassées, vérandas brisées… les cambrioleurs n’étaient guère ingénieux mais ils étaient très efficaces. En très peu de temps, ils visitaient les maisons et dérobaient tout ce qui leur tombait sous la main et pouvait être facilement écoulé sur un marché parallèle. « Des bijoux essentiellement mais aussi du matériel informatique et de l’argent. »

Très mobiles, ces équipes « à tiroir » étaient capables de sévir dans la Sarthe pour rentrer ensuite à Bordeaux confier le butin à une connaissance qui prenait une ligne régulière de bus et partait en direction de la Roumanie.

« Nous avons passé du temps à observer leur façon d’agir », commente le colonel Bonneval.

Sur commission rogatoire du juge d’instruction Serge Rey, les enquêteurs ont surveillé jour et nuit les déplacements des suspects dont la plupart, vivant de revenus sociaux, habitaient à Bordeaux et sa périphérie.

Les gendarmes du groupement de la Gironde totalement investis dans cette enquête n’ont pas managé leurs efforts pour identifier et interpeller les suspects.

L’opération, programmée en début de semaine, a cependant dû être déclenchée, lors d’une première phase, vendredi dernier à Saint-André-de-Cubzac où trois Roumains, qui rentraient d’un périple dans la région du Mans, venaient de parcourir plusieurs centaines de kilomètres et s’apprêtaient à rejoindre la banlieue de Bucarest pour retrouver leur famille et écouler le butin.

Une autre équipe aurait ensuite pris le relais en France selon un scénario bien établi.

Une seconde vague d’interpellations a eu lieu lundi, rue Pelleport ainsi que cours de l’Yser à Bordeaux où un épicier bulgare soupçonné de receler et revendre des objets volés a été arrêté. 9 000 euros en numéraire ont été saisis à son domicile. Il a été écroué à l’issue de sa garde à vue.

Les enquêteurs sont aujourd’hui persuadés que des complices courent toujours. Ils espèrent désormais une coopération avec la police roumaine afin de mettre à exécution les mandats d’arrêt qui pourraient être prochainement délivrés par le magistrat instructeur.

Source : Sud-Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *