Bitcoin : les gendarmes démantèlent une plateforme en France

C’est une première : trois personnes ont été interpellées et l’équivalent de 200 000 euros a été saisi à Cannes, Nice, Toulouse et Bruxelles.

Photo d'illustration. © Jens Kalaene / ZB/Picture-Alliance/AFP

Les gendarmes de la section de recherches de Midi-Pyrénées ont démantelé, les 2 et 3 juillet, une plateforme d’échange de la monnaie virtuelle bitcoin, et interpellé trois personnes à Cannes, à Nice et à Toulouse. L’opération a été menée “dans le cadre d’une information ouverte notamment pour exercice illégal d’opérations de banque, offre de paris ou jeux d’argent et de hasard en ligne et travail dissimulé”, précise le communiqué de la gendarmerie. Il s’agit du premier démantèlement en Europe d’une telle plateforme illicite d’échange de bitcoins. Il s’agit aussi de la première saisie importante de bitcoins en France.

Sur commission rogatoire d’une juge d’instruction du tribunal de grande instance de Foix, “les gendarmes de la section de recherches de Toulouse, appuyés par les unités de gendarmerie locales et les services d’enquête belges, ont procédé à des interpellations et perquisitions sur Cannes, Nice, Toulouse et Bruxelles”, ajoute la gendarmerie. “Les mis en cause étaient l’administrateur de ce site illégal, sa compagne et l’un de ses fournisseurs, lesquels ont été placés en garde à vue”, précise le communiqué. Une personne a été remise en liberté à l’issue de sa garde à vue, les deux autres ont été présentées au magistrat instructeur et placées sous contrôle judiciaire.

L’équivalent de 200 000 euros saisis

388 bitcoins ont été saisis durant l’opération, soit l’équivalent de 200 000 euros au taux de change actuel, ainsi que 9 000 euros en liquide. “Le site utilisé pour les échanges ne bénéficiait d’aucun agrément de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), organe de supervision français de la banque et de l’assurance”, poursuivent les gendarmes, selon lesquels, entre novembre 2013 et juillet 2014, au moins 2 750 transactions ont été réalisées, portant sur au moins 2 500 bitcoins, soit une valeur totale de plus d’un million d’euros.

Le bitcoin est une monnaie virtuelle chiffrée et relativement anonyme. Elle peut être convertie en monnaies étatiques officielles ou utilisée directement sur Internet pour payer des achats, lorsque les sites l’acceptent. Son taux de change n’est fixé par aucune autorité : il dépend de l’offre et de la demande. “Comme toutes les monnaies virtuelles, elle présente un risque élevé de dérives criminelles compte tenu, d’une part, de l’opacité qui entoure leur existence et leur fonctionnement et, d’autre part, de l’absence complète de régulation par les acteurs du marché monétaire”, rappelle la gendarmerie.

Source : Le Point

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *