Biscarrosse (40) : six mois avec sursis pour avoir cassé le nez d’un gendarme

Condamné mardi par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan, ce Sanguinetois de 35 ans avait aussi copieusement insulté les militaires, sous l’effet de l’alcool, en janvier dernier

Biscarrosse (40) : six mois avec sursis pour avoir cassé le nez d'un gendarme
Les gendarmes étaient intervenus car il avait vu le véhicule de l’homme, qui allait s’avérer violent, dans le fossé. ©
archives Sophie Noachovitch
Six mois de prison avec sursis pour “outrage, violence et menace de crime à l’encontre d’un dépositaire de l’autorité publique” : c’est la peine infligée par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan, ce mardi soir, à un Sanguinetois de 35 ans.Dans la nuit du 2 au 3 janvier, sur la route reliant Biscarrosse à Sanguinet, l’homme, très éméché, avait insulté les gendarmes qui étaient venus l’aider à sortir sa voiture du fossé. Hors de question, pour lui, de souffler dans le ballon.

Amené dans les locaux de la gendarmerie de Biscarrosse, puis à l’hôpital de La Teste-de-Buch, l’homme continue d’insulter copieusement les militaires. Il finit par joindre les geste aux mots et à dégrader tout ce qui se présente à lui : siège du véhicule, bureau, salle d’examen…

Incontrôlable

D’un coup de tête, le Sanguinetois, incontrôlable, parvient à casser le nez d’un jeune gendarme adjoint volontaire. Résultat : huit jours d’interruption temporaire de travail.

À la barre du tribunal, l’homme, déjà condamné pour conduite sous l’empire d’un état alcoolique en 2002, a reconnu les faits.

Une audience civile, en septembre, permettra de déterminer le montant des dommages et intérêts dus au jeune militaire. Trois autres recevront 1 000 euros chacun au titre du préjudice moral.

Source : Sud Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *