Billet d’humeur dominicale…

#UPNI #CAPIDF #CITOYENSOLIDAIRE
#POLICENATIONALE #PREFECTUREDEPOLICE
#conditionsdetravailpolice #policeenperil
#manquedeconsidération #police2020
#manif #raslebol #crise #blocus #chaos
#ministredelinterieur #presidentdelarepublique

Capture d’écran 2020-03-02 à 00.48.22

Depuis que l’Union des Policiers Nationaux Indépendants (UPNI) existe, la règle de base qui est universellement admise est de ne jamais se mêler de politique.

Rien n’empêche cependant de s’interroger sur l’impact des décisions de nos décideurs nationaux lorsqu’elles auront une incidence directe sur la planète #Police.
En effet, force sera de constater qu’en la matière l’avenir s’annonce sombre.

L’annonce surprise, qui en fait n’en est pas une, de déclencher le dispositif du 49.3 risque de provoquer, une nouvelle fois, de grandes mobilisations populaires.
Quelles en seront l’ampleur et la nature, seul l’avenir nous le dira.

Nous tenons seulement à mettre en garde les parties prenantes, qu’il serait dangereux de ne compter, encore et toujours, que sur la mobilisation et l’abnégation des forces de l’ordre.

Il serait inconséquent et fâcheux de tronquer le débat républicain en comptant de manière univoque sur les forces du maintien et de rétablissement de l’ordre.

Les policiers, en tant que citoyens ordinaires, dans leur écrasante majorité, sont concernés par les décisions prises dans le confort des couloirs ministériels.
Se retrancher, une nouvelle fois, derrière les boucliers des Compagnies Républicaines de Sécurité (#CRS) ou des Escadrons de Gendarmes Mobiles (#GM) serait irresponsable.

Nous ne cesserons de le répéter. La Police ne doit en aucune manière servir de variable d’ajustement pour pérenniser des décisions politiques impopulaires. Ou alors cela signifiera que nous avons changé la nature de nos institutions.

En soutenant de façon irrévocable les errements de la politique nationale, les représentants syndicaux prennent le risque, avéré, de mettre en danger la crédibilité des organisations qu’ils dirigent, et surtout, la sécurité personnelle des agents qu’ils représentent, ou plutôt qu’ils sont sensés représenter.

Savent-ils au moins que la plupart de ces mêmes agents partagent les angoisses de la majorité d’une population qui n’a d’autre interlocuteur pour exprimer sa colère que l’institution Police, dernier rempart de politiques intouchables.

Réfléchissez bien, Mesdames et Messieurs les représentants syndicaux, jamais de crise sociale de cette ampleur n’a été connue dans ce pays depuis des décennies !
Ne perdez pas de vue qu’à l’heure des comptes, ceux-là mêmes qui vous auront conduits vers une impasse républicaine lâcheront purement et simplement des fonctionnaires qui ont perdu de vue que seule la responsabilité individuelle de leurs actes sera retenue. Nous l’avons répété et martelé tout au long de nos écrits et de nos interventions médiatiques.

Alors, faites preuve d’un peu de courage et de responsabilité, ça changera !
Ne suivez pas l’exemple de certains qui se sont esquivés au moment où la Police est, comme jamais, en état de crise profonde et fait l’objet d’un ressentiment particulièrement injuste.

Même une crise sanitaire annoncée, et arrivant très opportunément, ne calmera la colère d’une société en crise. Vous avez le devoir d’émettre toutes les réserves quant à ce réflexe gouvernemental, désormais habituel, de déclencher des crises puis de se dissimuler derrière les boucliers de nos collègues. C’est totalement irresponsable et désespérant !

Une année et demie de tension sociale, de manifestations hebdomadaires, de violences, de haine, jusqu’à quand ?

Et d’ailleurs, en parlant de virus, il est surprenant tout de même d’inviter une certaine frange de la population à se confiner alors que dans le même temps des matchs de football se déroulent en réunissant des dizaines de milliers de spectateurs, qui à l’évidence semblent immunisés.

Surprenant d’annoncer l’annulation de rassemblements de plus de cinq mille personnes ? Est-ce le préalable à des interdictions de manifester massives, tiens tiens…
Sans tourner à une tendance complotiste, on ne peut que s’interroger sur l’opportunité de cette décision en période de crispation extrême.

Ou bien, ou bien ? Rassemblons-nous tous dans les stades de football qui semblent être des lieux préservés des bacilles et microbes en tout genre.

Plus sérieusement, la haine qui monte contre l’institution Police atteint des niveaux jamais connus.
Les représentants syndicaux et plus généralement les autorités en charge de cette administration ont le devoir d’émettre des avis conformes à l’intérêt de la population et de ceux qui ont en charge leur protection, car ce qui s’annonce risque de prendre une ampleur d’une exceptionnelle gravité.

Cela fait des mois que nous mettons en garde les décideurs et autres managers, quels que soient leur domaine d’influence.

#UPNI #CAPIDF #CLIP #COLLECTIFS #MPC63
#Manifdelacolère #crise #violences
#SYNDICATSDEPOLICEMAJORITAIRES

Source : Collectif Autonome des Policiers Île de France – CAP IDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.