Béarn : cinq tombes profanées au cimetière de Monein, le ou les auteurs recherchés

cimetiere-monein-bearn

FAIT DIVERS – Cinq tombes ont été vandalisées dans le cimetière de la commune béarnaise de Monein (Pyrénées-Atlantiques) dans la nuit de vendredi à samedi. Une enquête a été ouverte pour “violation de sépulture” et confiée à la gendarmerie d’Oloron-Sainte-Marie.

Ce sont des personnes venues se recueillir sur la tombe de proches qui, dans la matinée, ont fait la macabre découverte. Dans la nuit de vendredi à samedi, cinq tombes ont été profanées dans le cimetière de Monein, commune de 4 500 habitants située dans les Pyrénées-Atlantiques. “Aucun indice visible n’a été laissé sur place, indique le maire de Monein Yves Salanave-Péhé contacté par LCI ce dimanche après que Sud Ouest a révélé l’affaire. Il n’y a pas d’inscription, pas de signature… Rien”.

 

L’édile s’est rendu sur place, aux côtés des gendarmes samedi. Il décrit une scène “sordide” et “macabre”. “Les cinq tombes ont visiblement été choisies au hasard. Elles ne sont pas à côté les unes des autres, commente-t-il. Les pierres tombales ont été déplacées. Deux corps ont été sortis des cerceuils mais sont restés dans leur intégrité, il n’y a pas eu de prélèvement d’ossements. Pour les trois autres tombes, les cercueils, du fait de la météo ces derniers temps, étaient dans l’eau. Je pense que les profanateurs ont renoncé à aller plus loin”.

Rituel satanique ou vol de bijoux?

Selon un magistrat au parquet de Pau joint par l’AFP ce dimanche, “les personnes qui se livrent à ces actes sont à la recherche de bijoux ou autres”.  Le maire de Monein n’exclut lui pas la thèse du “rituel satanique” et ne croit pas à l’hypothèse de “bêtise d’adolescents”. “Nous n’avons pas retrouvé de bouteilles d’alcools ou autre choses de ce genre” ajoute-t-il.

 

Elu depuis 16 ans, Yves-Salanave Péhé qui n’avait jamais vu ça de sa carrière est encore très choqué. “C’est une première dont on se serait bien passé” commente-t-il. Il a lancé un appel à témoins  et demande à toutes les personnes qui auraient pu voir ou entendure quelque chose de se faire connaître auprès de la gendarmerie au plus vite en appelant le  05 59 21 20 73.  L’élu a indiqué qu’il comptait porter plainte au nom de sa commune.

D’autres tombes profanées dans les villages voisin

Une enquête a été ouverte pour “violation de sépulture” et confiée à la gendarmerie d’Oloron-Sainte-Marie.

Depuis samedi, les militaires ont la lourde tâche de contacter les familles des défunts et de leur annoncer la nouvelle. Ils doivent notamment établir avec elles si des objets de valeurs ont disparu des cerceuils au cours de ces profanations.

 

Selon nos informations, ces actes de vandalisme seraient récurrents dans la région ces derniers temps. “D’autres tombes ont été profanées au cours de la semaine passée dans des villages voisins, a fait savoir une source proche du dossier ce dimanche à LCI. Certaines ont été vandalisées notamment à Lescar et Aubertin, à une quinzaine de kilomètres de Monein”. Le parquet de Pau a confirmé partiellement ces informations indiquant que  “deux ou trois tombes avaient également été profanées dans des villages voisins”, sans donner plus de précisions.

Source : LCI

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *