Bayeux Société. Seniors : des clés pour éviter les arnaques sur Internet

Les seniors ne sont pas forcément la cible préférée des arnaqueurs qui agissent au gré des opportunités mais pour les informer aux mieux des dangers d’Internet, le gendarme Dany Morand a présenté les principales escroqueries en cours.

Une trentaine de seniors ont participé à la conférence animée par le gendarme Dany Morand. -
Une trentaine de seniors ont participé à la conférence animée par le gendarme Dany Morand. –

Installés dans la salle de la résidence Domitys à Bayeux, ils sont prêts à écouter et à prendre des notes. Une trentaine de seniors font face à deux gendarmes de la brigade de Bayeux venus leur parler des dangers d’Internet et leur donner quelques clés pour éviter les pièges.

Le gendarme Dany Morand et le gendarme adjoint Charlotte Sanchez ont plutôt pour « habitude d’aller dans les collèges » mais là, ils ont répondu à l’invitation du directeur de la résidence Les Falaises Blanches, Sébastien Pimpot. « C’est une première pour nous. Nous avons adapté et centré notre discours sur les escroqueries et les dangers liés à Internet ». Le gendarme Dany Morand a d’ailleurs suivi une formation de trois jours pour pouvoir intervenir auprès du public.

Les faux emails

La première alerte concerne l’envoi de faux emails au nom de différents fournisseurs (électricité, téléphonie). « C’est une arnaque courante », précise le gendarme. Dans la salle, les témoignages le prouvent. « J’ai reçu un mail dans lequel on me demandait de payer une facture déjà réglée. Dans le doute, je n’ai pas cherché à ouvrir le message, je ne savais pas ce qu’il y avait derrière », confie un participant.

Dans ce type d’arnaque : « La première chose à faire est de vérifier si vous avez la mention : ceci est un message automatique, merci de ne pas y répondre. Dans un faux mail, on vous demande de répondre en cliquant sur un lien », commente le gendarme en précisant : « Surtout, ne donnez pas vos coordonnées bancaires ni votre identité ».

Vente et achat

Les arnaques les plus répandues concernent les ventes et les achats sur des sites type Le Bon coin ou Ebay. « Il est primordial de rencontrer le vendeur ou l’acheteur et de voir l’objet ». Dany Morand déconseille de procéder par envoi postal. « Les arnaqueurs passent leur journée sur les sites Internet et engrangent des sommes énormes. C’est leur métier. Ils sont souvent hors de France et on ne peut rien faire. ». Pour lui, rien ne vaut un rendez-vous et une remise en main propre.

Les mails piratés

Dans la salle, les participants partagent leurs anecdotes. « J’ai reçu un mail d’une personne que je connaissais qui me demandait de l’argent pour rentrer car elle s’était fait voler son portefeuille », indique un résident.

Un autre reprend :

J’ai reçu un mail d’un ami qui m’expliquait être à Monaco et avoir perdu beaucoup d’argent au jeu. Il me demandait de lui acheter une carte prépayée et de ne rien dire à sa famille. Heureusement, j’avais vu cette personne deux jours avant. Étonnée, j’ai fini par contacter son épouse. Le mail était très bien fait, j’y ai cru.

Des histoires de ce genre, le gendarme Morand en entend très régulièrement à la gendarmerie.

Le paiement sans contact

Les nouvelles cartes bancaires bénéficient de la technologie du paiement sans contact. Il suffit de présenter sa carte sur le lecteur et le paiement se fait sans la saisie du code secret. La limite est fixée à 20 € maximum trois fois par jour pour éviter la multiplication des achats en cas de vol. Dans l’auditoire, certains seniors s’étonnent de ne pas pouvoir refuser cette technologie.

Le gendarme Morand est allé plus loin en donnant l’exemple du piratage des données de la carte grâce à un émetteur/récepteur et un ordinateur. « Là, les escrocs ont toutes vos données », souligne-t-il. Son astuce : « Vous pouvez protéger votre carte avec un étui en aluminium que vous pouvez acheter dans des commerces à Bayeux ».

Les arnaques en tout genre ne sont pas toujours faciles à démasquer mais le gendarme Dany Morand se veut rassurant : « Si vous avez un doute, venez nous voir, n’attendez pas ».

Source : La Renaissance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.