Barrages forcés : le coup de gueule des gendarmes

romain-pascal-lieutenant-colonel-de-gendarmerie-de-la-loire-quot-c-est-inadmissible-quot-photo-eliot-langes-1551871010Romain Pascal, lieutenant-colonel de Gendarmerie de la Loire : “C’est inadmissible.” Photo Eliot Langes

Dans un message publié sur Facebook ce mercredi matin, le colonel Romain Pascal a poussé un “coup de gueule”. En cause : des automobilistes refusant de s’arrêter lors des contrôles routiers. Les faits se sont déroulés le 25 février, à 3 h 50 à Craintilleux, à 4 h 30 à Unias, et le 26 février, à 15 h 50 à Feurs. Dans ce dernier délit routier, un homme a été interpellé. Il ne possédait plus de permis de conduire, son véhicule n’était pas assuré et son taux d’alcoolémie était supérieur à la limite autorisée. Pour les faits se déroulant à Craintilleux et à Unias, une enquête est en cours.

“Les gendarmes ne sont pas payés pour être percutés !”

« Ces comportements inconscients augmentent chaque année », écrit-il. Il ajoute : « C’est inadmissible. De plus en plus de conducteurs, qui ont trop bu ou ayant leur permis annulé, accélèrent lorsqu’ils voient un contrôle routier. Les gendarmes ne sont pas payés pour être percutés ! »

Selon l’article L233-1, un conducteur refusant de s’arrêter à un contrôle routier est puni d’un an de prison et de 7 500 euros d’amende. Il encourt également des peines complémentaires, comme une suspension, pour une durée de trois ans au plus, de son permis de conduire, une peine de travail d’intérêt général ou la confiscation d’un ou de plusieurs véhicules.

Source : Le Progrès

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *