Bagarres de la fête : le maire et la gendarmerie montent au créneau

Serge Roques salue le travail et le professionnalisme des gendarmes et de la police municipale./Photo DDM

Après les faits de violence la nuit de samedi à dimanche, les responsables de la gendarmerie s’expliquent. L’action des militaires est louée par le maire.

Les fêtes de la Saint-Jean se sont bien déroulées… jusqu’à la fin de nuit de samedi à dimanche. Un constat fait par le commandant Part, qui dirige la compagnie de gendarmerie. Cette fin de nuit-là, des bagarres ont éclaté place Jean-Jaurès ou à proximité (lire nos éditions de lundi et de jeudi). «Nous avons eu trois faits de violence. Trois affaires distinctes. Pour l’une, la justice a apporté une réponse rapide et ferme avec des peines de prison ferme et des interdictions de séjour. Le deuxième est une bagarre simple entre deux individus et dont l’auteur sera cité devant le tribunal correctionnel. Pour la troisième affaire, une personne a été blessée et une plainte déposée», détaille le commandant. «Je déplore que quelques individus, sous prétexte de s’alcooliser, gâchent la fête pour assouvir leurs plus bas instincts et régler des comptes», dénonce-t-il avec force.

Sur le rôle des gendarmes lors de ces bagarres (50 militaires, dont des réservistes, ont été mobilisés durant ces fêtes), le commandant tient à s’expliquer et faire de la pédagogie. «Nous devions éviter un affrontement plus général et contenir une foule difficile. Il ne fallait pas aggraver la situation. Les gendarmes ont fait preuve de sang-froid.» Ce qu’appuie son adjoint, le capitaine Salmon. «Une situation comme celle-là demande de calmer au maximum les esprits, de garder la maîtrise de soi pour préserver l’intégrité physique des personnes. La riposte a été proportionnelle aux faits.»

Le maire loue l’action des gendarmes. «Ils ont eu un comportement réfléchi, approprié à la situation. Il fallait éviter que les incidents se traduisent par des troubles plus graves.» Serge Roques parle aussi d’une bonne réponse judiciaire apportée. «Elle aura permis de mettre hors d’état de nuire des individus qui posaient problème depuis plusieurs années.»

Maintenant, un retour d’expérience sera fait en sous-préfecture avec tous les acteurs. Avec un regard particulier sur les animations de la place Jean-Jaurès. Elles apparaissent en sursis.


Les torses nus interdits

Cet été, il sera interdit de se promener torse nu en bastide et principalement sur la place Notre-Dame. Le maire a pris un arrêté dans ce sens, qui cible aussi les conduites jugées inacceptables. «L’été, nous avons le devoir d’améliorer l’image de marque de la ville», explique Serge Roques, fustigeant des comportements constatés les années précédentes, qui n’avaient pas lieu d’être. Et il veut croire que les réponses données par la justice aux événements du week-end dernier vont entraîner «une nouvelle ère».

G. L.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.