AUBIGNY-EN-ARTOIS « La gendarmerie se féminise de plus en plus »

Première femme de longue date à prendre les commandes d’une communauté de brigades dans le Ternois, la lieutenante Peggy Longatte, 42 ans, opère désormais sur un territoire de 57 communes. Rencontre.

Comblée par sa mission de terrain et de proximité, la lieutenante Peggy Longatte devrait rejointe d’ici 4 ou 5 ans un poste de commandement à effectifs plus fournis.

Comblée par sa mission de terrain et de proximité, la lieutenante Peggy Longatte devrait rejointe d’ici 4 ou 5 ans un poste de commandement à effectifs plus fournis.

– Quand avez-vous pris votre poste ?

« J’ai été affectée le 1er août, pour mon premier poste de commandement, à la communauté de brigades d’Aubigny (qui coordonne les brigades aubinoises et avesnoises, ndlr). L’ancien lieutenant, Fabrice Rey, était parti en août 2016 pour Bapaume ; le commandant de la brigade d’Aubigny Didier Vanesse l’a remplacé jusqu’à mon arrivée. »

– En vingt ans de services (lire par ailleurs), pourquoi ne pas avoir quitté la région ?

« Je suis divorcée et mère d’un adolescent de bientôt 16 ans, et je suis originaire de Cambrai. Rester dans la région me permettait de privilégier les liens familiaux. »

– Voir une femme intégrer la hiérarchie, ça n’est pas si fréquent…

« La gendarmerie se féminise de plus en plus, aussi bien chez les sous-officiers que chez les officiers. Il faut continuer à accentuer le recrutement. »

– Combien d’hommes et de femmes comptez-vous sous vos ordres ?

« Avec moi nous sommes vingt et un dans la communauté de brigades mais il y a des mutations en cours. On va baisser un peu en effectifs le temps que les recrutements soient comblés. »

– Quels seront vos objectifs ?

« Ma mission première est la lutte contre la délinquance sur notre secteur, toujours sous le contrôle de la compagnie. Sur cette circonscription il y a de grands axes de circulation (D 939, D 339, D  341, RN 25…) sur lesquels il faudra maintenir une présence visible, ainsi que sur les réseaux secondaires. On va tâcher également de développer le dispositif de participation citoyenne. Je crois vraiment en la prévention, je vais essayer de la renforcer en maintenant ce qui est déjà en place et en instaurant des actions qui ne le sont pas encore. »

Vingt ans de services

Recrue de l’ESOG (École de sous-officiers de la gendarmerie) de Montluçon en 1997, Peggy Longatte est affectée en janvier 1998 à la brigade de Saint-Omer, puis mutée en 2004 à la brigade de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ) de Douai. Elle y restera cinq ans. Elle intègre ensuite la brigade de recherches de Cambrai et seconde, de 2015 à 2017, le commandant de brigade de Solesmes en tant qu’adjudant-chef. Elle passe entre-temps le concours d’officier de gendarmerie rang, qu’elle obtient avec à la clef une première affectation cette année.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.