Assemblée générale des retraités de la gendarmerie : les anciens toujours dans le coup

Le bureau et l'assistance./Photo G. B.
Le bureau et l’assistance./Photo G. B.

La Fédération nationale des retraités et veuves de la gendarmerie nationale (FNRG) de Bagnères-de-Bigorre, que préside Jean-Jacques Bousses, a tenu son assemblée générale annuelle au Carré Py’Hôtel, samedi 27 mai. La salle du séminaire accueillait une soixantaine de participantes et participants.

C’est le président Bousses qui ouvrait les travaux de l’assemblée générale en faisant observer une minute de silence à la mémoire des adhérents disparus et en souhaitant une meilleure santé aux malades.

Il présentait ensuite le rapport moral, rappelant à cette occasion l’histoire de la FNRG, créée en 1906, celle de la création de la section de Bagnères le 22 mars 1984. Il précise les buts de l’association : la défense des retraités et des veuves ; la défense des intérêts moraux et matériels des personnels de la gendarmerie nationale, en particulier lorsque l’existence, l’éthique ou l’action de la gendarmerie sont gravement mises en cause. Il parle de son rôle social et de sa participation aux œuvres de la gendarmerie.

Un voyage programmé en Catalogne française

Son rapport est adopté à l’unanimité. Laurent Delhom présente ensuite le compte rendu financier. C’est son dernier avant sa démission annoncée. Il est positif, ce qui laisse à son successeur, désigné lors de la prochaine réunion du bureau, des finances saines. Le rapport est lui aussi adopté à l’unanimité.

Christian Brau-Nogué présente, quant à lui, le rapport d’activité. Prochain voyage en commun avec Lannemezan en Catalogne française en juin, les grillades à Lesponne, le loto annuel à Cieutat, l’assemblée générale départementale le 10 septembre à La Barthe-de-Neste. Rapport adopté à l’unanimité.

Le capitaine Éric Mallet, de la compagnie de Bagnères, s’adresse aux retraités. Il apporte le soutien de l’active aux «anciens», leur parle des précautions à prendre vis-à-vis d’internet, et les met en garde sur divers problèmes. La séance est levée.

L’apéritif est servi au restaurant La Fabrique du terroir où sera servi le repas fraternel traditionnel.

G. Bringuier

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.