Assaut de Saint-Denis : les terroristes n’ont tiré que… 11 coups de feu

Mediapart révèle la grande confusion qui a régné lors de l’assaut du Raid contre l’appartement où était caché Abdelhamid Abaaoud, le 18 novembre 2015.

Des policiers du Raid, le 18 novembre 2015, lors d'un assaut contre un immeuble de Saint-Denis, dans lequel s'était replié le terroriste Abdelhamid Abaaoud.

Et si les policiers du Raid, lors de leur intervention à Saint-Denis en novembre dernier, n’avaient fait en grande partie que répondre à leurs propres coups de feu ? C’est le sens des conclusions rendues par les experts de la police scientifique, selon un rapport que Mediapart a pu consulter et dont Le Monde s’était déjà fait l’écho. Le 18 novembre, les gros bras du Raid étaient en effet intervenus en pleine nuit pour mettre hors d’état de nuire Abdelhamid Abaaoud, un des cerveaux présumés des attentats, qui avait trouvé refuge dans un squat de la banlieue parisienne. À ses côtés, dans le même appartement : sa cousine, Hasna Aït Boulhacen, et un deuxième terroriste, membre du commando des terrasses, identifié plus tard comme étant Chakib Akrouh. À la fin de l’opération policière, de l’immeuble ne restait plus qu’un tas de ruines, et les restes des trois terroristes.

Le Raid avait justifié cette opération musclée par la nécessité de ne prendre aucun risque, alors que la menace d’un surattentat existait bel et bien. Des intentions évidemment louables. Mais les policiers avaient également expliqué avoir fait l’objet d’un tir nourri de la part de leurs cibles. « Environ un tir toutes les demi-secondes », avait même confié au Point un policier présent au moment des opérations. Devant la presse, le procureur de la République de Paris avait quant à lui évoqué des « tirs très nourris et quasiment ininterrompus ».

Le Raid très embarrassé

Selon les conclusions d’un rapport de la police scientifique, il semblerait surtout que les policiers ont pris pour des tirs ennemis, des balles qui venaient en fait de leurs propres rangs. Les experts ont ainsi retrouvé, dans les parties communes de l’immeuble, 1 576 munitions « provenant vraisemblablement (…) des tirs effectués par les effectifs de police du Raid », relate Mediapart. Aucune AK-47, dite kalachnikov, n’est retrouvée sur les lieux. Seul un pistolet automatique Browning est découvert. Au total, seules onze munitions seront attribuées aux terroristes… À la demande de la hiérarchie, plusieurs équipes retourneront sur les lieux fouiller les gravats, afin de récupérer de nouveaux éléments balistiques. Sans succès.

Face à ce constat scientifique, les policiers du Raid sont évidemment très embarrassés. Le 21 novembre, le numéro 3 de l’unité d’élite est entendu et est invité à remettre à la police scientifique les « éléments de protection balistique » ayant servi lors de l’assaut (un porte-boucliers, des boucliers et un casque de protection). Surprise : les points d’impact sur le porte-boucliers ont été « meulés » ou « limés », explique le numéro 3 du Raid, « afin d’éviter des blessures au personnel manipulant habituellement ledit matériel. » A-t-on voulu enterrer un cafouillage ?

1 536 tirs de la police, pas un seul n’aurait atteint sa cible…

Toujours est-il que les impacts sur les boucliers eux-mêmes n’ont quant à eux pas pu être effacés. « Si dix-sept impacts sont recensés, selon le décompte effectué par Mediapart, sur l’avant et peuvent donc, a priori, être attribués à des tirs effectués par les terroristes, au moins quarante autres impacts figurent à l’intérieur des équipements de protection. La plupart des coups de feu essuyés par les policiers ont donc été le fait de leurs propres collègues… », croit savoir Mediapart.

Les résultats des autopsies indiquent également que Abdelhamid Abaaoud, Chakib Akrouh et Hasna Aït Boulhacen n’ont pas été tués par les forces de l’ordre. Les deux premiers sont décédés dans l’explosion de la ceinture d’explosif, la troisième d’asphyxie. Il se pourrait qu’aucun des 1 536 tirs du Raid n’ait atteint sa cible… Dans l’un de ses rapports, le médecin légiste écrit ainsi : « Il n’était pas mis en évidence de lésions évocatrices de blessures par arme à feu non plus que d’éléments de nature balistique. » Des doutes existent également sur la cause de la mort de Diesel, le chien du Raid, qui pourrait avoir été abattu involontairement par la police.

L’assaut de Saint-Denis est-il pour autant un échec ? Non, les terroristes ayant été neutralisés, alors qu’ils projetaient un nouvel attentat à La Défense, affirme Mediapart. Malgré tous ces dysfonctionnements, l’opération s’est bien terminée. Les policiers n’ont fait que composer avec une menace kamikaze à laquelle ils n’avaient encore jamais été confrontés.

Source : Le Point  Publié le 01/02/2016

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.