Arnaud Beltrame : face au terrorisme, le sacrifice d’un gendarme

Arnaud-Beltrame-face-au-terrorisme-le-sacrifice-d-un-gendarme

Lorsque le piège de l’attaque terroriste se referme sur le magasin Super U de Trèbes, le lieutenant-colonel de gendarmerie Beltrame se sacrifie, au nom de ses valeurs.

Julie, la caissière, se précipite vers ses collègues. Ses yeux bleus encore agrandis par la terreur, elle balbutie : « J’ai été remplacée par un gendarme. » Elle craque. Elle vient de passer quarante-cinq longues minutes une arme sur la nuque. Seule avec Radouane Lakdim. Autour d’eux, le spectacle effroyable des corps de Christian Medves et Hervé Sosna gisant sur le sol. Elle a tenu bon jusqu’à 11 h 30 environ, le moment où le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame l’a libérée. Elle l’a croisé quelques secondes. Elle ne pourra plus jamais l’oublier. Autour d’elle, ils sont une quarantaine, des employés, des clients, à attendre dans une tension extrême, confinés chez le concessionnaire Peugeot, à côté du magasin. Le vacarme est assourdissant mais ils ne l’entendent pas. Hélicoptères grondant au-dessus de leurs têtes, sirènes hurlantes. Paysage de guerre avec des hommes armés, casqués, débarquant en nombre. Le genre de scène qu’on est censé voir au cinéma, pas en France en 2018. Ils regardent Julie comme on regarde une survivante, miraculée, indemne, sans se rendre compte qu’elle porte comme une blessure cette maudite culpabilité qui ne va plus la quitter. « Je pense tout le temps à lui », lâche-t-elle, en larmes, après avoir appris que le gendarme était grièvement blessé…..

Lire la suite : Paris Match

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.