Armée : « Deux hélicoptères sur trois hors service », selon un rapport du Sénat

Le Sénat s’inquiète de l’état du parc d’hélicoptères de l’armée, rapporte « Le Figaro ». En 2017, seul un sur trois pouvait voler, et les accidents se multiplient.

15770760lpw-15770779-article-afghanistanfranceunrestarmy-jpg_5410584_660x281

« Un seul hélicoptère sur trois en mesure de décoller. » Le constat est terrible. Il émane de la commission des Finances du Sénat, qui s’inquiète de l’état des aéronefs au sein de l’armée française, toutes armes confondues. En cause, les lourdes opérations d’entretien menées sur les hélicoptères, révèle le Figaro.

Si une majorité d’engins héliportés sont au sol, c’est qu’ils ont trop volé, détaille le rapport d’information rendu public ce jeudi 12 juillet par le sénateur Dominique de Legge (LR). Les théâtres d’opérations, le Sahel notamment où ils sont engagés depuis 2013, mettent à rude épreuve des appareils qui commencent à accuser le poids des ans. Comme le souligne Libération, les Alouettes de la Marine ont 45 ans en moyenne tandis que les Gazelles de l’Armée de terre ont 32 ans d’âge moyen. Mais même les appareils ultramodernes Tigre sont à 25 % hors service alors qu’ils n’ont que 7 ans. Le rapport note, en outre, que les perpétuelles maintenances épuisent les personnels chargés de cette mission.

Une « prise de conscience » politique

Les sénateurs pointent également l’insuffisance du plan d’action décidé en 2014, qui ne s’est pas traduit par « une amélioration significative des taux de disponibilité ». Le budget est pourtant passé de 412 millions d’euros en 2009 à 645 en 2017. « Les autorités politiques et militaires ont pris conscience du problème il y a quelques années, note le rapport. La loi de programmation militaire marque un tournant, mais les moyens mis à disposition ne permettront pas de tout faire. »

Une incapacité qui constitue un risque pour les équipages volant à bord de ces montures harassées. Comme le rappelle le rapport, si « personne n’a témoigné avoir volé avec un sentiment d’insécurité », les accidents s’accumulent ces derniers mois, coûtant la vie à six militaires depuis le début de l’année.

Source : Le Point

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.