Affaire Maëlys: le suspect admet que la fillette est montée dans son véhicule

L'avis de recherche de la jeune Maëlys, 9 ans, disparue à la salle de polyvalente à Pont-de-Beauvoisin.

L’avis de recherche de la jeune Maëlys, 9 ans, disparue à la salle de polyvalente à Pont-de-Beauvoisin.

PHOTOPQR/LE DAUPHINE/MAXPPP

Une trace ADN de la petite Maëlys, toujours introuvable, a été relevée dans la voiture de l’homme de 34 ans mis en examen dimanche soir.

De nouveaux éléments accablants mais toujours autant de dénégations. Une semaine après la disparition de la petite Maëlys, l’enquête a soudainement progressé dimanche avec la mise en examen pour « enlèvement » et l’incarcération d’un suspect. Il s’agit de l’homme de 34 ans interpellé en début de semaine puis relâché.

Ce suspect a été mis en examen pour les chefs « d’arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans » à la suite de « résultats de (la) police technique et scientifique », a précisé le parquet de Grenoble dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi. Il s’agit d’une trace ADN de la fillette, toujours introuvable, relevée sur le tableau de bord du véhicule du suspect.

La voiture du suspect au coeur de l’enquête

Selon son avocat, l’homme a reconnu que Maëlys, ainsi qu’un autre enfant, était montée dans son véhicule le soir de sa disparition, notamment pour voir « ses chiens ». Mais l’homme maintient ne rien à voir avec l’affaire. C’est la première fois qu’il évoque un tel épisode. Cette voiture retenait l’attention des enquêteurs. Son propriétaire l’avait lavée après le mariage pour, expliquait-il, la vendre.

Le parquet a indiqué que cet homme de 34 ans était présent au mariage au cours duquel Maëlys, 9 ans, avait disparu dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 août à Pont-de Beauvoisin (Isère). Placé en garde à vue jeudi, il avait été relâché vendredi soir. Les résultats scientifiques ont été obtenus dimanche, après sa libération. Ils ont conduit les autorités à procéder à nouveau à son interpellation.

Ses explications n’ont pas convaincu la justice

Lors de sa nouvelle audition, l’individu a de nouveau clamé son innocence, sans convaincre la justice. « Présenté aux juges d’instruction en fin d’après-midi (dimanche), il a contesté avoir commis les faits. Confrontés aux témoignages, constatations et résultats scientifiques, il a persisté dans ses dénégations et apporté ses explications », poursuit le parquet dans son communiqué. « Celles-ci n’ont pas convaincu les juges d’instruction qui ont décidé de le mettre en examen », ajoute le texte. « Après débat […] entre le parquet et la défense », l’homme a été placé « en détention provisoire », conclut le communiqué.

Ces développements interviennent alors que l’enquête paraissait s’installer dans la durée après une semaine de recherches intensives par les autorités. Plus de 200 personnes ont été auditionnées et une quarantaine de perquisitions ont été menées. Une « battue citoyenne » mobilisant plusieurs centaines de personnes avait été organisée samedi, en vain. Les recherches se poursuivent.

Source : L’Express

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.