Affaire Benalla : la gendarmerie publie une note interne pour tenter de calmer la grogne dans ses rangs

Pour calmer l’émoi dans ses rangs à la suite de l’affaire Benalla, la gendarmerie s’est fendue d’une mise au point ce week-end.

7826784_19404a04-8b6a-11e8-b888-19b8baeda479-1_1000x625

Chez les forces de l’ordre, l’affaire Benalla continue de susciter un certain émoi. C’est dans ce contexte que la gendarmerie s’est fendue d’une mise au point et a promis des sanctions contre Alexandre Benalla, collaborateur d’Emmanuel Macron, et Vincent Crase, employé de La République en marche, mis en cause pour des violences le 1er mai à Paris. Alexandre Benalla et Vincent Crase, tous deux réservistes de la gendarmerie, “n’étaient pas employés en mission par la gendarmerie nationale lors des faits reprochés commis le 1er mai dernier”, a précisé la direction de la gendarmerie dans une note interne diffusée ce week-end sur le réseau de communication “Minotaur” consacré aux réservistes, et dont a eu connaissance l’AFP.

Lire aussi – Emmanuel Macron et Alexandre Benalla se sont parlé au téléphone après le début de l’affaire

La gendarmerie promet, dans cette note d’abord révélée par Le Parisien, “des conséquences disciplinaires et statutaires sur la qualité de réserviste” de ces deux hommes, actuellement entre les mains de la justice. Alexandre Benalla “est engagé dans la réserve opérationnelle depuis 2009. Il n’a pas été employé depuis 2015”, précise le document. “En 2017, il a été radié à sa demande de la réserve opérationnelle, et a été intégré comme spécialiste expert pour apporter un éclairage sur la fonction protection”. Ce statut “ne permet pas d’être employé en dehors de son domaine de compétence, et exclut toute mission opérationnelle”, souligne la gendarmerie.

Le grade qui ne passe pas chez les gendarmes

Le grade de lieutenant-colonel d’Alexandre Benalla “lui a été conféré au titre de son niveau d’expertise et pour le seul exercice de sa mission”. “Il n’a jamais été employé par la gendarmerie nationale dans ce cadre”, selon cette note. La révélation de ce grade de lieutenant-colonel avait particulièrement irrité les gendarmes, comme le montrent ces tweets.

Frédéric Gallois‏ @Gallois_Gallice

Frédéric Gallois a retweeté Antoine Dourouze

Quand je comprends que je suis minable d’avoir attendu + de 15ans après bac+5, St Cyr, 2 Masters, commandant du GIGN, moults stages commandos, 1000 sauts en para, 15 ans de sports de combat, “tests à n’en plus finir” pour recevoir mes galons de LCL.Quel naze je suis!

Antoine Dourouze‏ @AntoineDourouze

Dans @le_Parisien on raconte comment l’on parvient au grade de lieutenant-colonel… A.Benalla a été promu à ce rang sans raison et à la demande l’Élysée. Au passage, c’était aussi le grade d’Arnaud Beltrame… quel mépris ! #AffaireBenallaMacron#BenallaGate#AffaireDétat

Michel Goya @Michel_Goya

Dire qu’il m’a fallu 22 ans de service, passer par 5 écoles militaires dont l’Ecole de guerre, passer un doctorat, servir dans 4 régiments, me taper 6 opex et deux ans de vie en brousse, pour être lieutenant-colonel…alors qu’il me suffisait d’être une petite frappe. Quel con !

Vincent Crase a, lui, intégré la réserve opérationnelle en 1996, au grade de chef d’escadron. “Il a effectué régulièrement des missions de formation et d’encadrement”, indique cette note. “Forte de 23.000 hommes et femmes, la réserve opérationnelle de la gendarmerie renforce l’action des unités d’active et les structures de commandement”, selon le site internet de la gendarmerie. Un réserviste opérationnel n’est militaire que lorsqu’il est convoqué. En dehors de cas-là, il garde son statut de civil.

Source : Europe1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *