Aéroport : le retrait des gendarmes

Notre-Dame-des-Landes

Le village des antis, antre de la contestation./Photo AFP

Le village des antis, antre de la contestation./Photo AFP

Six mois après l’arrivée massive des forces de l’ordre sur le site de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, pour tenter d’évacuer les opposants au projet d’aéroport.

Au cours de la nuit, dans la plus grande discrétion, les gendarmes, qui, depuis les affrontements d’octobre, sont en moyenne 150 à 200 à se relayer sur place, ont quitté les deux points de contrôle routier sur la zone.

Ce retrait, dont l’objectif affiché par l’Etat est de calmer les esprits, intervient dix jours après la publication des rapports de trois commissions qui ont préconisé des études complémentaires avant le lancement des travaux de transfert de l’actuel aéroport de Nantes sur le site de Notre-Dame-des-Landes à l’horizon 2017-2018.

«Les gendarmes sont partis dans la nuit. On revient à un régime normal de présence de gendarmerie comme sur le reste du département», a déclaré samedi un haut responsable de la préfecture.

Le retrait des gendarmes est un signe fort soumis cependant à conditions, comme l’absence d’obstacles à la circulation, au travail des agriculteurs et à la possibilité pour les différents experts de faire les relevés scientifiques demandés dans les rapports des commissions, a précisé ce responsable.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *