À Hédé-Bazouges, les gendarmes emménagent dans leur nouveau quartier

fc6366de8afdfe4fb05c340fbe932fcb-hede-bazouges-les-gendarmes-emmenagent-dans-leur-nouveau-quartier_3Le détachement de la brigade de gendarmerie de Hédé-Bazouges sous les ordres du major Bruno Lebreton.  | OUEST-FRANCE

 

Mardi 13 mars, Jean-Christophe Benis, maire ; le colonel Nicolas Garrier, commandantle groupement, et Christophe Le Helloco, commandant la COB, ont inauguré la nouvelle gendarmerie d’Hédé-Bazouges.

Après les cérémonies inaugurales et la visite des nouveaux locaux sous la conduite de Christophe Le Helloco, commandant la Communauté de brigades de Hédé-Bazouges et Bécherel (COB), et du major Bruno Lebreton, commandant la brigade de Hédé-Bazouges ; le maire, Jean-Christophe Benis, a précisé dans son allocution tout le chemin parcouru depuis les premières réflexions en 2000, commencées par Janine Feudé, alors maire, et le 19 mars 2019, date de l’inauguration.

93015c03f286ebe3d83e51d08e7738a9-hede-bazouges-les-gendarmes-emmenagent-dans-leur-nouveau-quartier_4 
Dahlia, Nicolas et Léontine tiennent le ruban inaugural coupé par le Sous-préfet Vincent Lagoguey et le Général Alain Pidoux | OUEST-FRANCE

« Je me permets de vous relater tout ce parcours, toutes ces dates, pour montrer la ténacité, la détermination que nous demandent certains projets, à nous les élus locaux, explique le maire. Mais ce projet a vu le jour grâce à une coopération avec bon nombre d’acteurs, qui ont cru comme nous à ce projet. »

Un projet de 3 millions d’euros

Le colonel Nicolas Garrier, commandant le groupement d’Ille-et-Vilaine, a précisé  : « Un projet de plus de 3 millions d’euros, qui a consisté en la construction d’une brigade et de 13 logements. »

 

2acd92f2c08938df2bca2c8e6ffafbc7-hede-bazouges-les-gendarmes-emmenagent-dans-leur-nouveau-quartier_5 
Les élèves de l’école Abbé-Pierre en visite dans le garage de véhicules de gendarmerie. | OUEST-FRANCE

La municipalité a contribué à hauteur : « De 1 304 629 € pour la création de locaux techniques et de trois logements pour les gendarmes adjoint volontaire (GAV), pour une surface de 535 m2 et 79 m2 de garages, le tout subventionné par 158 440 € de l’État, spécifique au projet de gendarmerie, et 433 360 € de dotation de soutien à l’investissement local. La communauté de communes de la Bretagne Romantique ayant financé les voies d’accès. »

Treize nouveaux logements

Les 13 logements réalisés par le Groupe Gasnier et Néotoa, comprennent, souligne Bruno Gaccia, directeur général : « 13 maisons individuelles en deux T5, sept T4 et trois T3 pour un coût total de 2 500 000 €. Notre prochaine opération : 20 logements de gendarmes sont en cours à Liffré »

Accueil, bureaux…

3b44e9d367459657a339253f41b24454-hede-bazouges-les-gendarmes-emmenagent-dans-leur-nouveau-quartier_6 
La visite des locaux du pôle judiciaire sous la conduite du Génaral Alain Pidoux et de Christophe Le Helloco. | OUEST-FRANCE

Le bâtiment de la brigade compte trois pôles : un d’accueil, un de bureaux et un judiciaire. Christophe Le Helloco a fait la visite de ce pôle en compagnie du général Alain Pidoux. « Nous avons, dans ce pôle, une spécificité, outre les deux cellules pour adultes, une cellule entièrement vitrée pour mineurs. À proximité, deux bureaux pour les auditions, en toute quiétude, un local pour les repas, des toilettes et deux douches. »

En conclusion, le major Bruno Lebreton et ses seize militaires de la Brigade, précisent  : « Nous nous réjouissons de pouvoir exercer notre métier dans des locaux spacieux, insonorisés et fonctionnels. »

La communauté de brigades en chiffres

La Communauté de brigades (COB) intervient sur 23 communes, soit 37 740 habitants.

L’effectif est de 23 militaires soit 17 gendarmes à Hédé-Bazouges, commandé par le major Bruno Lebreton et six à Bécherel, commandé par l’adjudant Laurent Roche.

1 224 interventions, dont 448 la nuit (plus 23 % en un an) soit 12 % du temps consacré aux accidents, 9 % aux agressions ou aux troubles du voisinage, 8 % aux dégradations, 11 % aux cambriolages, 7 % aux comportements suspects et 4 % aux autres vols, le reste du temps en concours et divers.

Sur le plan des enquêtes judiciaires : 36 % du temps est consacré à la prévention de proximité et 12 % en intervention.

Source : Ouest-France

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.