Santé : Le Covid sidéral

L’un de nos lecteurs et pas des moindres, Romain Garcin sportif de haut niveau en Triathlon nous fait l’honneur de nous adresser un texte de sa composition concernant la santé et le sport (de compétition) pendant ces périodes troublées par la Covid-19.

Rappelons ici la biographie de Romain Garcin :

profile picture

Je suis un francophone dévoué et passionné, autodidacte, autodidacte, athlète, entrepreneur, consultant. J’ai découvert le triathlon en 2015 après avoir terminé 2 brillants masters en sciences et économie et en tant que chef de projet. À partir de 2016, je participe professionnellement sur les circuits IRONMAN, Challenge et indépendants dans plus de 50 événements à travers le monde, j’ai remporté et obtenu des podiums au général sur des triathlons longue distance, des duathlons, des TT individuels et des courses à pied.

Capture d’écran 2020-10-04 à 19.00.58

« Le CNOSF (Comité national olympique et sportif français) a fait état d’une baisse moyenne de 25% pour la reprise de licences dans les clubs par rapport à l’an dernier, soit 4,5 millions de licenciés en moins, une perte estimée à 800 millions d’euros. »

On aurait voulu tuer les chances d’être en bonne santé qu’on ne s’y serait pas mieux pris. On piétine le sport et les sportifs depuis 7 mois, d’abord avec des compétitions à huit clos, ensuite en interdisant de faire du sport pendant une assignation à résidence surveillée et en fustigeant les sportifs qui bravaient la tyrannie comme des traitres et des criminels et ça continue avec les interdictions pures et simples de courses ou leur maintien dans des conditions absurdes (avec une scarification de l’essence même des événements et notamment l’arbre qui cache la forêt : ces masques nuisibles).

Parmi tous les secteurs touchés, certains se sont faits un pognon de dingue (le numérique en particulier), d’autres, les plus fondamentaux depuis la nuit des temps, ont été mutilés. Je pense à la culture dont on parle beaucoup mais surtout au sport, à l’activité physique en général et au bien-être au final. En effet, la définition de la santé selon l’étrange OMS est celle-ci : « la santé est un état de complet bien-être PHYSIQUE, MENTAL et SOCIAL et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». C’est-à-dire qu’on a un virus politique mondialiste qui agit exactement à l’opposé de la définition de l’OMS, visant à préserver à tout prix la vie nue, la vie biologique, celle du seul droit de respirer (mais seulement l’air de votre masque, sinon vous êtes un danger public), de bosser comme un chien dans un métier qui n’a pas de sens au service d’intérêts nauséabonds et de terminer les 20 dernières années de sa vie en mauvaise santé dans un système qui maintient ses vieux sous ultra assistance à grands frais après les avoir massacré et exploité pour des clopinettes pendant 63 ans (âge de l’espérance de vie en bonne santé en France).

épi-paint1

L’épigénétique elle-même rejoint la définition de la vraie bonne santé. L’essentiel de ce qui nous met en bonne ou mauvaise santé se trouve dans la vie quotidienne et non dans la part innée de notre code génétique. Autrement dit, tout ce qui porte atteinte à une bonne alimentation, à notre rythme de vie (en particulier le sommeil), à l’activité physique, à nos relations sociales et à notre niveau de satisfaction dans la vie (niveau de stress, perspectives d’avenir, plaisir, etc) doit être stoppé net. Voilà les 5 critères de base pour développer un projet de société, ceux qui sont incontournables depuis que l’humain est humain.

Aujourd’hui une guerre brutale, sournoise et diffuse est menée contre l’Humanité sous toutes ses couleurs. Cette guerre ne se limite pas à la France ; elle est menée sur toute notre belle planète à travers une ingénierie sociale puante pour remodeler en profondeur nos vies, de nos pensées à nos émotions en passant par nos sensations ; ce qui nous anime donc, ce qui nous rend vivant dans son sens le plus noble.

Depuis le début de cette “pLandémie” idéologique, j’ai décidé de rester droit et debout face à ce que j’appelle la société de l’absurde. Ça me coûte énormément psychologiquement. Je peux vous garantir que mon niveau de saturation n’a jamais été aussi élevé de ma vie. Au début souvent seul contre tous, je constate maintenant que les vérités éclatent au fur et à mesure que les masques tombent. Financièrement, j’ai sacrifié ma saison 2020 et peut-être plus largement mon avenir sportif malgré que je sois dans mon meilleur état de forme.

Pour ne pas sombrer définitivement dans l’aliénation, l’asservissement et l’exploitation, il est nécessaire aujourd’hui de mettre en œuvre son devoir de désobéissance et d’action directe, à commencer par sa zone d’influence parce que c’est avant tout sur elle qu’on a un impact positif. Ne jouez pas le jeu malsain qui nous est imposé, ou alors faites-le en apparence mais sabotez-le de l’intérieur.

La vraie bonne santé étant en effet notre bien le plus précieux, c’est de ses forces vives que doit venir sa mise en œuvre (et donc l’anéantissement de cette mascarade, le plus grand mensonge de tous les temps), à savoir toutes celles et tous ceux qui s’investissent dans le PHYSIQUE (sportifs professionnels et amateurs, associations, producteurs et commerçants de produits sains…), dans le MENTAL (psychologues, philosophes, religieux…) et dans le SOCIAL (enseignants, organisateurs, artistes…).

Refusez. Résistez. Animez.

Romain Garcin

Source : GarcinRomain.com

 

 

 

Répondre à Anwen Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *