70 personnes disparues cette année, la gendarmerie très sollicitée

Le recours à l’hélicoptère est le plus fréquent. - Agence LE PUY EN VELAY

Le recours à l’hélicoptère est le plus fréquent. – Agence LE PUY EN VELAY

Au cours de l’année, plus de 70 personnes ont été portées disparues dans le département. Des disparitions qui auront entraîné d’importants moyens de recherche.

Les disparitions défrayent la chronique. D’autres ne durant que quelques heures ne donneront même pas lieu à appel à témoin.

Pourtant, à l’heure des bilans de fin d’année, les gendarmes dressent celui-ci : en 2014, plus de 70 personnes ont été portées disparues (soit plus d’une par semaine), pendant quelques heures, voire plusieurs semaines. Des disparitions qui auront entraîné des recherches, mobilisé un nombre particulièrement conséquent de personnels, représenté des centaines d’heures de ratissages et autres investigations… C’est considérable. Les forces de l’ordre n’effectuent plus de recherches dans l’intérêt des familles. En revanche, la disparition de personnes est inscrite dans la loi depuis vingt ans.

« C’est très subjectif »Le lieutenant-colonel Jérôme Patoux, commandant le groupement de gendarmerie de Haute-Loire, précise le déclenchement des recherches : « Dès l’alerte donnée, c’est à nous de déterminer si la disparition est inquiétante. Si ce n’est pas le cas, on peut rechercher dans le cadre du service normal et inscrire la personne au fichier des personnes recherchées. Quand on parle de disparition inquiétante, c’est bien sûr très subjectif. Les critères varient selon l’âge, l’état de santé de la personne, le contexte familial, la météo, le lieu de la disparition, si la personne a laissé un écrit indiquant son intention d’intenter à ses jours… Pour un mineur, l’alerte est prise immédiatement très au sérieux, on engage tout de suite un maximum de moyens. C’est la même chose pour une personne âgée rencontrant des problèmes de santé ».

La gendarmerie ne tient pas de statistiques permettant de savoir quels sont les types de disparitions le plus couramment rencontrées en Haute-Loire. Par expérience, les militaires estiment que les personnes égarées en forêt à la cueillette de champignons sont sans doute les plus nombreuses, devant les personnes âgées, désorientées ou non, ne parvenant pas à regagner leur domicile. Viennent ensuite les fugues de jeunes.

Source : La Montagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.