150 entreprises de la Loire se font conseiller par les gendarmes en intelligence économique

La cour de l'entreprise Nigay et les autres partie du site ont été analysés par les gendarmes pour qu'ils soient mieux protégés.
La cour de l’entreprise Nigay et les autres partie du site ont été analysés par les gendarmes pour qu’ils soient mieux protégés. © Radio France – Angy Louatah

 

La cellule de la gendarmerie spécialisée en intelligence économique conseille et fournit des audits gratuitement pour les entreprises.

L’entreprise Nigay, située à Feurs, a reçu ce jeudi les résultats d’un audit un peu spécial. Il émane de la gendarmerie et concerne l’intelligence économique. Nigay, qui fabrique du caramel pour de nombreuses marques, fait partie des 150 entreprises du département qui ont demandé à la gendarmerie de leur proposer des solutions pour renforcer la sureté de leurs comptes et de leurs informations. Les résultats de l’audit sont évidemment confidentiel mais la gendarmerie avait invité la presse pour faire parler de cette action encore méconnue de leurs équipes.

Installé depuis 2009 en Rhône-Alpes, ce service fonctionne réellement depuis 2011 dans la région. Il est gratuit pour les sociétés. Ce qui a décidé Henri Nigay, le président de l’entreprise de Feurs à se rapprocher des gendarmes, ce sont les nombreuses attaques dites “au président” dont son groupe a été victime. Le concept est simple : un usurpateur se fait passer pour un dirigeant de l’entreprise pour récupérer des informations ou de l’argent. La dernière date de deux semaines et il faut croire que les conseils des gendarmes commencent à porter leurs fruits.

L’employée qui a reçu l’appel téléphonique s’est tout de suite méfiée, elle a mis le haut parleur, toute l’équipe est venue autour du téléphone, la personne qui lui parlait avait un fort accent étranger et ne s’exprimait pas du tout comme une personne de l’entreprise. Tout le monde est au courant de ce qu’il faut faire ou ne pas faire. On transmet à notre personnel les fiches “intelligence économique” de la gendarmerie et on s’autoforme en permanence avec des cas comme celui-ci. (Henri Nigay)

Pour Eric Pozzi, le référent régional intelligence économique de la gendarmerie Rhône-Alpes, les dirigeants des sociétés n’ont pas encore suffisamment pris conscience de la nécessité de se faire conseiller pour se protéger contre les attaques aux sociétés.

Il faut faire preuve de bon sens, cela ne sert à rien de mettre des caméras et des systèmes d’alarmes si les portes sont grandes ouvertes. Il faut inscrire la sécurité dans une mesure globale. Il faut que les mesures soient expliquées au salariés pour obtenir le consensus. Il faut aussi prendre conscience qu’une entreprise victime d’une atteinte ou d’une escroquerie, c’est l’emploi qui est menacé.

Source : France Bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *