14-Juillet: Deux figures des «gilets jaunes» placés en garde à vue

POLICE Jérôme Rodrigues et Maxime Nicolle ont été placés en garde à vue dimanche, en marge du défilé du 14-Juillet et 152 personnes ont été interpellées en tout

640x410_jerome-rodrigues-une-des-figures-du-mouvement-des-gilets-jaunes-ainsi-que-maxime-nicolle-a-ete-placeJerome Rodrigues,une des figures du mouvement des “gilets jaunes, ainsi que Maxime Nicolle a été placé en garde à vue dimanche 14 juillet 2019 en marge du défilé sur les Champs Elysées. — KONRAD K./SIPA

Ils ont été placés en garde à vue pour «organisation d’une manifestation illicite». Deux figures du mouvement des «gilets jaunes», Jérôme Rodrigues et Maxime Nicolle, ont été placées en garde à vue dimanche, après leur interpellation aux abords des Champs-Elysées en marge du défilé du 14-Juillet, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Eric Drouet également interpellé

La préfecture de police de Paris a annoncé que 152 personnes avaient été interpellées ce dimanche 14 juillet en marge du défilé. Dix personnes, liées au mouvement des «gilets jaunes», étaient en garde à vue dimanche en fin de matinée. Eric Drouet, une autre tête d’affiche de ce mouvement, a lui aussi été interpellé dans la matinée mais la décision sur son éventuel placement en garde à vue n’avait pas encore été prise en milieu de journée, a indiqué une source proche du dossier. Interrogé par l’AFP sur ces arrestations, Me Arie Alimi, l’avocat de Jérôme Rodrigues, a estimé qu’il s’agissait «manifestement d’interpellations d’opposants politique, en raison de leur qualité d’opposants politiques».

Retrouver le dossier sur les «gilets jaunes»

Le président sifflé

Dimanche, quelques dizaines d’entre eux ont sifflé le président Emmanuel Macron alors qu’il descendait l’avenue des Champs-Elysées à bord d’un «command car», avant le traditionnel défilé militaire, a constaté l’AFP.

Des petits groupes de quelques dizaines de «gilets jaunes», qui ne portaient pas leur chasuble fluo, ont également tenté de manifester à plusieurs reprises dans des rues autour des Champs-Elysées, pendant et après le défilé, avant d’en être rapidement empêché par les forces de l’ordre qui les ont bloqués.

Après près de huit mois de mobilisation depuis le 17 novembre, le mouvement des «gilets jaunes» peine désormais à rassembler. Ils étaient quelques centaines à manifester samedi dans plusieurs villes.

Source :  20 Minutes

Lire également :

Quand une partie grandissante du peuple se met à huer son chef de l’État en préliminaire du défilé du #14juillet, et ce devant les invités étrangers et les habituels touristes, nous pouvons juger une fois encore que notre pays va mal.
Des heurts ont eu lieu ce matin aux abords de notre belle avenue des #ChampsElysées.
Ce jour qui se doit d’être une fête nationale sous les lampions et les feux d’artifice, se déroule dans un climat tendu au fil des heures.
Cette date commémorative d’une Révolution, que l’appareil d’État s’est quelque peu approprié par la sempiternelle revue de force maquillée et trompeusement élaborée par le pouvoir politique, n’est-elle pas sur le point de ramener chacun d’entre nous devant nos responsabilités dans un de ces chaos indescriptibles que notre Nation a connus au travers des siècles ?
Cette révolution que nous avons pris pour habitude de rappeler à nos descendances n’appelle t-elle pas sa petite sœur aujourd’hui ou demain ?
Quoi que dise le pouvoir en place, les #giletsjaunes n’ont pas désarmé et ils le prouvent encore ce dimanche.
Les matchs de la Coupe d’Afrique qui se déroulent ce soir ne présagent rien de bon pour les heures à venir.
La Capitale est sur le pied de guerre, ses forces sont prises de toutes parts. De service depuis tôt ce matin, nos #fdo seront sollicitées dans les conditions habituellement inhumaines face à des groupuscules qui voudront en découdre.
Nos Renseignements ont alerté nos autorités qui n’ont rien prévu, au vu et au su de nos représentants syndicaux. Les schémas qui se dessinent sur la ligne des prochaines heures ne sont pas réjouissantes.
Une fois encore, nos collègues devront essuyer les plâtres et l’incompétence de directeurs et préfets prêts à partir en villégiature !!
Nous craignons le pire en ce jour de fête !!
Si nombre de nos concitoyens souhaitent faire leur révolution à leur sauce et avec tous les risques que cela nous fait encourir, nous disons à nos sœurs et frères d’arme de ne pas prendre les risques dont personne à côté n’endosse la responsabilité !!
Comme cela a été le cas à plusieurs reprises aujourd’hui, reculons s’il le faut et laissons passer ! Pensez à vous, collègues, et aux vôtres.
Ce que nous avons annoncé ici sur cette page s’est très souvent concrétisé. Nous craignons franchement pour le proche avenir.
La France va faire parler d’elle, une fois encore !
Collègues, soyez lucides et prudents !!
Notre porte-parole, Jean-Pierre Colombiès, sera sur le plateau de #BFM en fin de soirée. Il confirmera que nous n’en pouvons plus !!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *