← Interdire les fêtes de famille ? Encore (Bl)achier… Raoult explique qu’il existe déjà sept mutants de la Covid et vous ne devez pas le savoir; car c’est toute la stratégie de vaccination qui est en cause

e8708c26683db959d0beb00f67271c20085a8717_field_mise_en_avant_principale_1_0

Youtube le censure….

Les virus mutent, cela ne fait aucun doute, c’est d’ailleurs pour cette raison que le vaccin de la grippe doit être mis à jour chaque année.

« La video où s’exprimaient hier Laurence Camoin, Professeur d’Hématologie et Didier Raoult, a été censurée par YouTube. Pourquoi    

,

De «grandes personnalités du monde scientifique» qui se répandent sur les réseaux sociaux en messages de haine irrépressible (après être allées jusqu’à déblatérer sur Didier Raoult dans le New York Times) sont probablement à l’origine de signalements multiples.

Vous ne devez rien savoir des différentes mutations du virus, et des facteurs thrombotiques sur lesquels agit l’hydroxychloroquine, médicament utilisé de façon de plus en plus massive dans le monde. «Il n’y a pas un seul virus. Nous, on a détecté sept mutants qui ont circulé», a indiqué le chercheur marseillais. Selon lui, «ce n’est probablement pas une mauvaise nouvelle».

«Depuis juillet, depuis l’apparition de ce deuxième acte, les génomes que nous avons ne sont pas les mêmes que ceux que nous avions avant […] Il n’y a pas un seul virus. Nous, on a détecté sept mutants qui ont circulé […] Les mutations que nous voyons sont associés avec la dégradation des organismes [du virus, ndlr]. Quand ça se passe, c’est que ça va mal pour la bestiole», a affirmé Didier Raoult à Radio Classique.

Catastrophe : seul le vaccin russe fonctionnerait….

On est vraiment dans une concurrence et une course géopolitique, presque plus que sanitaire. C’est un peu comme la conquête spatiale et la conquête de la Lune. D’ailleurs, les Russes ne s’y trompent pas et ont appelé leur vaccin Spoutnik 5 avec un vaccin basé sur deux adénovirus qui jouent le rôle de satellites. Il y a toutes ces images proches de la science-fiction.

Parmi les plus avancés dans la course au vaccin, l’Université de Oxford et le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca ont annoncé avoir signé un accord avec la Fondation Carlos Slim « pour produire entre 150 et 250 millions de vaccins destinés à toute l’Amérique latine à l’exception du Brésil, qui seront disponibles pour le premier semestre 2021 ».

Pour réussir ils n’ont pas hésité à manipuler l’étude Récovery en donnant des doses létales d’hydroxychloroqine aux malades ; il fallait bien prouver que cette vieille molécule n’était pas efficace

L’idée consiste à distribuer un vaccin au sous-continent américain à des « prix raisonnables », fixés entre 3 et 4 dollars la dose. Le laboratoire AstraZeneca et l’université d’Oxford conduisent pour l’heure des tests dans plusieurs pays, combinant la phase 2 et 3. En tout, 5000 volontaires ont été recrutés au Brésil. A cela s’ajoutent 4 000 Britanniques déjà enrôlés dans les essais cliniques conduit par la prestigieuse université.

Le groupe pharmaceutique britannique AstraZeneca a annoncé avoir suspendu les essais cliniques de son vaccin après l’apparition d’une «maladie potentiellement inexpliquée» chez un participant. C’est la première suspension connue d’essais cliniques concernant un vaccin expérimental contre le Covid-19.

En comparant les vaccins d’Oxford et du centre russe Gamaleïa, le porte-parole du Kremlin a indiqué que le vaccin russe Spoutnik V était «beaucoup plus fiable» car il est basé sur des adénoviraux humains, alors que celui d’AstraZeneca est à base d’adénovirus de singe

hebdomadaire britannique « The Lancet », a publié les résultats de deux essais pour le vaccin russe anti-Covid-19, menés en juin-juillet de cette année et impliquant 76 participants, qui ont montré que 100% des participants développaient des anticorps contre le nouveau coronavirus et que ceux-ci ne présentaient pas d’effets secondaires graves. Les premiers essais suggèrent que le vaccin Spoutnik V déclencherait une protection contre le coronavirus à plus long terme que celle des anticorps.

Le vaccin russe anti-COVID-19 « Spoutnik V » a produit une réponse immunitaire chez tous les participants lors des premiers essais cliniques, selon les résultats publiés vendredi par la revue médicale américaines The Lancet.

Les résultats des deux essais, menés en juin-juillet de cette année et impliquant 76 participants, ont en effet montré que 100% des participants développaient des anticorps contre le nouveau coronavirus et que ceux-ci ne présentaient pas d’effets secondaires graves, d’après The Lancet.

« De essais de grande ampleur sur une période plus longue, comprenant une comparaison avec un placebo, et une supervision supplémentaire sont nécessaires afin d’assurer la sûreté et l’efficacité à long terme du vaccin », a ajouté la revue.

Le patron du fonds souverain, Kirill Dmitriev, a indiqué lors d’un briefing en ligne jeudi que la vaccination des « groupes à risque », dont le personnel médical, commencerait également la semaine prochaine, sur la base du volontariat.

Plus de 20 pays ont fait des demandes pour l’achat d’un milliard de doses du vaccin, a-t-il ajouté. Il a noté que la Russie s’est mise d’accord pour la production de vaccins dans cinq pays.

Kirill Dmitriev a par ailleurs indiqué prévoir le début des « vaccinations massives en Russie en octobre », le début des livraisons de vaccin à l’étranger étant prévu pour novembre ou décembre. Une délégation du ministère saoudien de la Santé devrait se rendre à Moscou la semaine prochaine, a-t-il ajouté.

La Russie a accordé une autorisation réglementaire pour le premier vaccin anti-COVID-19 dès le mois août, devenant le premier pays à le faire.

Avec ces résultats publiés pour la première fois dans une revue internationale et le lancement, la semaine dernière, d’un essai clinique de stade avancé de 40.000 personnes, Moscou a répondu à ses détracteurs, à l’étranger notamment, a commenté Kirill Dmitriev, le patron du fonds souverain russe qui a contribué au financement du vaccin.

La protection des lymphocytes serait plus forte que celle des anticorps

Selon ce dernier, au moins 3.000 personnes ont déjà été recrutées pour l’essai à grande échelle de Spoutnik V dont les résultats sont attendus en octobre ou novembre prochain.

The Lancet a ajouté que les premiers essais suggèrent que le vaccin Spoutnik V déclenche une réponse de certaines cellules du système immunitaire, les lymphocytes T. Celles-ci pourraient offrir une protection à plus long terme que les anticorps contre le coronavirus.

Rassurez vous ce n’est pas demain qu’on nous inoculera un vaccin russe, les médias nous ont fait croire qu’un médicament anodin était mortel alors un vaccin russe…

Cette vidéo téléchargez la et diffusez la :

https://www.dropbox.com/s/6iks7300zh4a4c4/10000000_400802730901084_5235514905591566545_n.mp4?dl=0

Signez la pétition, nous sommes déjà 178000 !

https://www.mesopinions.com/petition/sante/faut-ecouter-professeur-raoult/82737

Rejoignez le groupe

https://www.facebook.com/groups/2664903203834683

Source : pg libertie.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.