Val-de-Marne : à Villejuif, le dealer fanfaronne avec son immunité diplomatique


Villejuif, cité Duclos, ce mardi matin. Le jeune homme de 20 ans, fils d’un personnel administratif et technique de la diplomatie camerounaise, tiendrait le petit point de deal de cette cité. LP/Lucile Métout

Arrêté pour deal jeudi par des policiers de Paris et relâché deux heures plus tard, il a de nouveau joui de son statut protégé le lendemain en se déclarant « intouchable ».

« Hey bande de fils de p… ! Baissez les yeux ! Baissez les yeux p… ! Vous êtes chez moi ici, vous ne pouvez rien contre moi ! Je suis intouchable bande de p… » Ces insultes-là, les policiers de la brigade anti-criminalité du Kremlin-Bicêtre les gardaient en travers de la gorge vendredi quand ils ont quitté la cité Duclos de Villejuif sans pouvoir interpeller celui qui les a proférées. Ce dealer de 20 ans, qu’ils connaissent très bien, leur a brandi son immunité diplomatique. Et elle n’est pas bidon.

La veille à Paris, le jeune homme utilise pour la première fois son statut protégé. Les enquêteurs du groupe stups de Paris XIII, qui eux ne le connaissaient pas, l’interpellent à 13 heures chez lui à Villejuif. Il est soupçonné d’ordonner des petites livraisons de cannabis. Les policiers saisissent des téléphones et de l’argent liquide. C’est là que le dealer abat sa carte diplomatique. Deux heures plus tard, le ministère des Affaires étrangères confirme l’immunité. Dans la foulée, le parquet ordonne sa libération « immédiate » et même la restitution des 480 € retrouvés dans sa chambre.

« Il gère le petit point de deal du quartier »

Le jeune dealer est le fils d’un personnel technique et administratif, semble-t-il, de la diplomatie camerounaise. Il s’agirait plus exactement d’un jardinier. Contacté, le ministère des Affaires étrangères ne nous a pas répondu.

 

« A chaque fois qu’on intervient cité Duclos, on tombe sur lui, soupire un policier. Il gère le petit point de deal du quartier. Quand il est tout seul, c’est lui qui baisse les yeux. Mais quand il est avec ses copains, il est insupportable. Même quand on ne vient pas pour lui, il la ramène. Il nous filme, prend des photos, met ça en ligne… Bref on est un peu blasés avec lui. » Sauf que jusqu’à présent, il ne faisait pas valoir son immunité diplomatique.

Vendredi soir, il n’a pas seulement insulté les policiers. Il leur a aussi demandé de se battre, leur promettant de les « crever ». Un attroupement d’une dizaine de personnes s’était formé.

Alors qu’ils se faisaient insulter, les policiers n’ont eu d’autre choix que de rebrousser chemin. Afin d’éviter, comme le dit l’expression consacrée, un « incident diplomatique ».

Ce que dit la loi Empêcher les coups de pression que le pays d’accueil pourrait faire subir aux diplomates. Voilà pourquoi la fameuse immunité a été créée. Ses principes ont été fixés lors de la Convention de Vienne en 1961. Les diplomates, leur personnel et leur famille ne peuvent être arrêtés ni détenus. Si les faits sont particulièrement graves, le Quai d’Orsay peut demander la levée de l’immunité aux autorités du pays d’origine… qui acceptent rarement.« A l’école de police, on nous apprend à baisser notre froc devant l’immunité diplomatique », persifle un policier. « De temps en temps, on nous fait valoir l’immunité diplomatique comme, par exemple, lorsqu’on intervient sur des différends conjugaux, précise un policier de terrain. Mais en général, la personne est gênée et ne fait pas vagues. Des provocations comme vendredi, cela n’arrive jamais ».Source : Le Parisien

 

Mis à jour :

Villejuif : le dealer à l’immunité diplomatique renvoyé au Cameroun vendredi

Il y a une semaine, ce jeune homme connu des services de police avait insulté et menacé de mort des policiers.

Sa place est d’ores et déjà réservée dans un vol Air France Paris-Yaoundé. Le jeune homme de 20 ans soupçonné d’être à la tête d’un trafic de drogue à Villejuif et qui a insulté et menacé de mort des policiers va être rapatrié ce vendredi, a annoncé ce jeudi le sénateur (LR) Christian Cambon, président de la commission des Affaires Etrangères.

« J’ai eu l’ambassadeur au téléphone il y a un quart d’heure, a-t-il indiqué ce jeudi midi. Il m’a confirmé que sa place était réservée dans un avion qui part demain pour Yaoundé ».

Ce fils d’un membre de la délégation diplomatique camerounaise avait fait valoir son immunité diplomatique vendredi dernier face à des policiers de la brigade anti-criminalité du Kremlin-Bicêtre qui patrouillaient cité Duclos.

Des policiers à qui il avait demandé de « baisser les yeux », leur expliquant qu’ils étaient « chez lui », avant de les traiter de « bande de fils de p… » et de les menacer de mort.

La veille, il avait mis en avant son statut de « protégé » alors qu’il était en garde à vue à Paris pour une affaire de stupéfiants. Le ministère des Affaires étrangères avait alors confirmé l’immunité. Le parquet avait ordonné sa libération « immédiate » et même la restitution des 480 € retrouvés dans sa chambre par des enquêteurs du groupe stups de Paris XIII.

 

De quoi les écœurer puisque « Bouba » ou « Ourson »— ses deux surnoms — était soupçonné de faire travailler des filles mineures pour des livraisons de stupéfiants. « Plus d’une vingtaine de clients avaient déjà été entendus et ils avaient tous reconnu qu’ils avaient passé commande auprès de lui », glisse une source proche de l’enquête.

Joint jeudi, le Quai d’Orsay avait fait savoir qu’il étudiait « les mesures susceptibles d’être prises à l’encontre de cette personne pour les faits qui lui sont reprochés ».

« L’ambassadeur a pris la mesure qu’il fallait », estime Christian Cambon, qui avait annoncé son intention au diplomate d’interpeller publiquement le gouvernement.

Franck Le Bohellec, le maire (LR) de Villejuif, se félicitait également ce jeudi soir de cette décision qui aurait été prise, selon lui, grâce à sa mobilisation et à celle d’autres élus.

Source : Le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>