Une rixe de village oppose 80 personnes dans le Gard – Trois gendarmes blessés.

La bagarre a opposé samedi soir deux bandes rivales dans les rues de la petite ville de Roquemaure. Le motif serait futile. Une dizaine de personnes ont été blessées.

Nîmes

Une dizaine de personnes légèrement blessées, dont trois gendarmes atteints par des jets de pierre, quatre voitures fracassées… C’est, selon la gendarmerie, le bilan d’une rixe ayant opposé, samedi soir, deux bandes rivales dans la ville de Roquemaure dans le Gard, une bourgade de 7000 habitants située en bordure du Rhône. C’est pour un motif futile «probablement une histoire de fille, un regard de travers», commente le colonel Pierre Poty, patron du groupement départemental de gendarmerie, que deux bandes composées «chacune d’une quarantaine de personnes au moins», se sont opposées dans les rues de la cité gardoise.

L’altercation trouverait sa source la veille. Originaires de la ville voisine d’Orange dans le Vaucluse, de jeunes hommes se sont rendus à Roquemaure, vraisemblablement, pour «régler» ce qui n’avait pu l’être le vendredi… Partie d’une habitation, la querelle entre une poignée de personnes a dégénéré d’abord de façon éparse dans les rues de la ville pour ensuite évoluer en bataille rangée à coups de barre de fer, de couteau, de hache… «C’était extrêmement violent. Ils prenaient tout ce qu’ils avaient sous la main. On se demandait bien ce qui se passait», témoigne anonymement une habitante. Des coups de feu auraient même été tirés. Rapidement alertée, la compagnie de gendarmerie de Bagnols-sur-Cèze arrive sur les lieux, renforcée par d’autres troupes du groupement de gendarmerie venues du reste du département. Au total, quelque 80 képis ont tenté de séparer les deux camps qui, trois heures durant, ont tenté d’en découdre. Ainsi, les gendarmes ont dû faire usage de Flash-Ball pour disperser les fauteurs de trouble. Mobilisés pour évacuer d’éventuels blessés vers Orange et Avignon, les pompiers et le Samu étaient également sur place. Vers 23 heures le calme était revenu dans le centre-ville.

Dimanche matin, aucun blessé ne se trouvait plus à l’hôpital. Ouverte par le parquet de Nîmes, une enquête confiée à la gendarmerie doit à présent tâcher d’identifier les protagonistes de cette énorme bagarre. «De premières auditions nous ont permis de bien avancer», déclarait, à la mi-journée, un enquêteur. Craignant que des échauffourées n’éclatent dimanche, une présence de gendarmes était exceptionnellement maintenue à Roquemaure, une petite ville dont le centre a tendance à se paupériser.

Source : Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>