Un forcené interpellé aux portes du Loiret après avoir tiré une trentaine de coups de fusil

Un forcené s’est retranché chez lui après avoir tiré de nombreux coups de fusil, rue Verte, à Méreau, petite commune au sud de Vierzon, ce dimanche en fin de matinée. Il a pu être interpellé peu avant 15 heures.
Mise à jour à 15h00 : Le forcené vient d’être interpellé par les gendarmes, qui l’ont arrêté chez lui, alors qu’il se trouvait prostré à proximité de son arme.
 
 
Infos LeBerry.fr ; article initialement publié à 11h52, actualisé à 16h09.
Un homme a tiré plusieurs coups de feu – une trentaine, selon des témoins – à l’aide d’un fusil de chasse sans faire de victimes, ce dimanche matin, dans la petite commune de Méreau. Le premier coup de feu aurait été tiré vers 8h30, dont un, plus tard, dirigé vers les gendarmes. Depuis midi environ, le forcené s’est retranché chez lui et n’a plus tiré ni donné signe de vie.
D’après nos informations, cet homme âgé de 52 ans vit chez ses parents, dans une dépendance à côté de leur maison, située rue Verte, une petite zone pavillonnaire avec des commerces à proximité. Il est père de trois grands enfants, qui ne se trouvaient pas sur place au moment des faits. Ses parents par contre, deux octogénaires, sont confinés dans leur maison tandis que l’homme est retranché dans sa dépendance.
De nombreuses forces de gendarmerie, et notamment le peloton spécialisé de protection de la centrale de Belleville-sur-Loire (PSPG), en lien avec le GIGN, ont été dépêchés sur place. Les opérations ont été placées sous la responsabilité du commandant Doré, de la compagnie de Vierzon. Le dispositif comprend 55 personnes, dont 43 gendarmes et 12 pompiers.
Un périmètre de sécurité a été établi. Le bourg est complètement bouclé, aucune voiture ne peut circuler sur la route qui mène à Vierzon (D918). Les habitants sont appelés à éviter la zone jusqu’à nouvel ordre. Les riverains directs sont quant à eux, soit confinés chez eux, soit ont été évacués.
Des tireurs sont placés en divers endroits du village, et deux négociateurs se trouvent également sur les lieux, ainsi que le maire de la commune et le sous-préfet de Vierzon.
Les négociations pourraient durer plusieurs heures. L’un des enfants du forcené, une fille de 30 ans, a été appelée sur les lieux pour aider aux négociations. Un premier contact devait être établi par téléphone vers 13h55.

Peu avant 15 heures, le forcené a finalement pu être interpellé par les gendarmes. Ils l’ont arrêté chez lui, alors qu’il se trouvait prostré à proximité de son arme. Il devait être ausculté par un médecin. Il devait également être conduit dans les locaux de la brigade de Vierzon, afin d’être entendu, avant sa mise en examen.
Vers 16 heures, le dispositif de sécurité était en train d’être levé.
Source : La Rep.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>