Trèbes: avant d’être sauvée par Arnaud Beltrame, l’otage a fait face au terroriste avec sang-froid

Info BFMTV - La femme qui a eu la vie sauve grâce au geste héroïque du lieutenant-colonel de gendarmerie a passé plus d’une heure avec le terroriste lors de la prise d’otage dans un supermarché de Trèbes. Extrêmement traumatisée, elle n’a de cesse de penser à lui.

Elle se repose à son domicile, en famille, entourée de son compagnon et de sa petite fille. Nous en savons désormais un peu plus sur la femme de 40 ans qui a été épargnée ce vendredi, grâce au geste héroïque du lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, lors des attaques terroristes dans l’Aude. Selon les informations de BFMTV, la quadragénaire est hôtesse de caisse au Super U de Trèbes depuis un peu plus d’un an. Miraculée, elle est encore si choquée qu’elle n’a pas pu assister à la messe d’hommage aux victimes qui a eu lieu, plus tôt dans la journée, en l’église de la petite commune.

Son arme à feu appuyée contre sa nuque

L’ancienne otage est encore extrêmement traumatisée par ce qu’elle vient de vivre. C’est elle qui a passé le plus de temps avec le terroriste. Toujours selon nos informations, elle a été directement confrontée à Radouane Lakdim pendant plus d’une heure, sous la menace de son arme à feu appuyée contre sa nuque.

Cette employée du Super U a réussi à garder son sang-froid. Elle a écouté calmement le terroriste lui dire qu’il n’allait pas la tuer, qu’il n’allait pas lui faire de mal. Mais la peur l’a saisie au moment de l’échange avec le lieutenant-colonel de gendarmerie.

Elle ne cesse de penser à Arnaud Beltrame

Alors qu’il se trouvait à l’extérieur du supermarché avec ses hommes, Arnaud Beltrame a volontairement pris sa place. Il est resté aux côtés de l’assaillant jusqu’au moment de l’assaut des forces de l’ordre. Grièvement blessé, le gendarme est mort le lendemain. Depuis, elle ne cesse de penser à lui. Lui qui a donné sa vie pour sauver la sienne.

Aujourd’hui, elle ne souhaite pas prendre la parole, de même que ses collègues du Super U afin de ne pas perturber l’enquête. Il ont également besoin de temps après l’horreur de ce qu’ils ont vécu. Ils bénéficient d’ailleurs d’un soutien psychologique des services de l’État et d’associations.

Source : BFMTV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>