Sud Sarthe : Sébastien a quitté la gendarmerie… pour devenir détective privé !

A Laigné-en-Belin, Sébastien a opéré une reconversion professionnelle. Ancien gendarme, il est désormais agent de recherches privées, dénomination officielle de la profession.

25276-181031114244945-0-854x569Sébastien Dobert, à l’instar de tous ses confrères, n’opère que sur la voie publique. (©Le Petit Courrier)

A Laigné-en-Belin, Sébastien Dobert a opéré une reconversion professionnelle. Ancien gendarme, il est désormais agent de recherches privées, dénomination officielle de la profession.

Originaire du Mans, âgé de 42 ans, il a officié 22 ans dans la gendarmerie, finissant sa carrière récemment, près du Mans.

Depuis le 1er août dernier, il a lancé son agence de recherches privées. Il nous explique les raisons de son choix, et les spécificités de sa profession.

Pourquoi ce changement de cap ?

J’avais envie de davantage pouvoir gérer ma vie personnelle, même si les horaires de mon métier peuvent être atypiques. J’ai plus la main qu’avant sur la façon de gérer mon temps. C’est un projet mûrement réfléchi, depuis plusieurs années. J’ai pris des renseignements auprès d’un enquêteur sarthois exerçant depuis 7 ans. J’ai passé deux mois avec lui, en juin et juillet, suite à ma demande de reconversion professionnelle.

Quelles sont les étapes à franchir pour exercer ce métier ?

Il faut être titulaire d’une carte professionnelle d’enquêteur. Elle peut s’obtenir en suivant une formation dans un centre agréé, à Montpellier ou Nîmes. Ou il faut pouvoir justifier d’au moins 5 ans d’expérience en tant qu’officier de police judiciaire, dans le cadre d’une validation des acquis professionnels, ce qui était mon cas.

Ensuite, en tant qu’entrepreneur individuel, il faut disposer d’une autorisation de diriger une agence.

C’est le CNAPS, conseil national des activités privées de sécurité, qui délivre ces autorisations.

Les agents de sécurité, convoyeurs de fonds, maîtres chiens dépendent aussi du CNAPS. J’ai ensuite crée ma micro-entreprise, ASD – Investigations. Mon activité a officiellement démarré le 1er août dernier.

Quelles ont été vos premières affaires ?

J’ai eu des demandes concernant la vie conjugale, un homme qui voulait vérifier la fidélité de son épouse. Des avocats m’ont mis en relation avec leurs clients, concernant des affaires de pensions, de conditions de garde des enfants, de conjoint qui se déclare insolvable. Ou encore une personne qui voulait reprendre contact avec quelqu’un qu’elle avait hébergé, voici plusieurs années.

Je peux aussi intervenir pour des entreprises, qui se plaindraient de concurrence déloyale de la part de sociétés dont les agissements seraient contraires aux codes du commerce.

Je serai aussi amené à enquêter sur des fugues de mineurs, ou à effectuer des vérifications de fréquentations, de consommation de stupéfiants, ou d’alcool.

Je réponds à toutes les demandes, du moment que c’est légal, légitime et moral.

Avez-vous accès aux mêmes informations que lorsque vous étiez gendarme ?

Pour approfondir le sujet, retrouvez-le en intégralité dans notre édition numérique.

Source : Actu.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>